Saint-Paul-en-Chablais: the first wave of masks distributed to people over 50

Lhe municipality of Saint-Paul, which had ordered 5,500 masks via a group purchase with the municipalities of the Community of Communes Pays d’Evian-Vallée d’Abondance, has so far received only 1,600 of them Thursday May 7.

Thus, 80% of residents over 50 were able to remove their reusable mask as a priority at the various collection points set up in the town.

People who missed the distribution can go to the town hall during the usual opening hours, provided with an identity document.

Another distribution will take place soon for the other age groups. The town hall invites residents to consult the website of the town or its Facebook page for information.

.

Phase 2, De Luca: “Mask in the neck? From double imbecile”





De Luca focused on forthcoming decrees that will concern Campania and underlined how “we take note above all of the guidelines approving the government based on the indications of the Higher Institute of Health. That’s the track we should stick to. “

As for i epidemic data that will be registered in the next few days, the governor from Campania said: “Apprehension? I have chills on me. We need to know this weekend what the fallout from the May 4th opening is. After two weeks there will be the incubation of the virus and we will know if there is any outbreak that is recovering “.

De Luca wanted to clarify that “obviously we are there we are prepared for anything. But it must be clear that from now on without the sense of responsibility and theself control no ordinance will suffice for citizens. In Campania the use of a mask is mandatory and it is mandatory that all law enforcement agencies and municipal police forces are careful and punish those who do not comply with ordinances. “

Related

.

«About us intolerable allegations»

«The price of the masks will remain that and that is 0.61 cents. Including VAT and will not change. It is the right price. Unfortunately for speculators and for the categories similar to them, they have to make a reason for it. The jungle will not return. ” So the extraordinary commissioner for the coronavirus emergency Domenico Arcuri at the weekly press conference at Civil protection.

IN DEPTH

#correlati article figure .player_clicker :: after {         color: #fff;         background-color: rgba (0,0,0,0.6);         border-radius: 50%;         display: block;         text-align: center;         font-size: 16px;         line-height: 40px;         width: 40px;         position: absolute;         top: 50%;         left: 50%;         margin: -20px 0 0 -21px;     }     #correlati article figure .player_foto_clicker :: after {         color: #fff;         background-color: rgba (0,0,0,0.6);         border-radius: 50%;         display: block;         text-align: center;         font-size: 20px;         line-height: 40px;         width: 40px;         position: absolute;         top: 50%;         left: 50%;         margin: -20px 0 0 -21px;     }

->

In the next few weeks the 50 cents masks will also be found in tobacconists, said Arcuri announcing the signing “in the next few days with the association of tobacconists, which has 50 thousand stores in the country”. “We have signed the first two non-exclusive agreements (with large retailers and with the distribution of pharmacists, ed.) And we are confident of making others with equally massive distribution networks”.

«In the last week – said Arcuri – we have distributed 36.2 million masks to the Regions, 40% more than the previous week and 208.8 million since the beginning of the emergency. In all there are 55 million in the Regions warehouses, they are sufficient and we continue to distribute them to health personnel, law enforcement and public administration, local public transport, plus RSA and local police. From tomorrow – added Arcuri – with the Regions we will share the possibility of sending them a few million community templates to distribute them to weaker categories ».

«It is not the commissioner who has to supply the pharmacies or their distributors, nor has he ever undertaken to do so. Nor am I to supply Confcommercio, Conad Federdistribuzione and Coop. The commissioner has undertaken to integrate the supplies, where possible, that these categories are able to procure through their networks “, he continued Arcuri.

«We work in the exclusive interest of citizens in order to better protect their health. Sometimes I make mistakes, for which I expect criticism and if it serves reprimands “, but” only by citizens “. So the commissioner for emergency Domenico Arcuri is back on the controversy over the absence of masks at a low price. “We are doing our part – he added – and we are doing it by putting our faces on it. So welcome the criticisms “of the citizens,” but only from them “.

The serological tests on 150 thousand Italians are delayed because the privacy rule had to be waited for. Emergency commissioner Domenico Arcuri said this during a press conference at the Civil Protection. «On April 26th our task was concluded: we banned and accelerated the tender and found the supplier, considered the most excellent by the scientists who made 150 thousand tests available for free. Today is May 12, what happened? He talked – he explained – with the Privacy Agency which has the duty to protect the privacy of citizens and the norm is expected “. On Saturday, that rule was enacted, he added, “and operations to start serological tests began yesterday.”

THE PHARMACISTS
“In this crisis, we paid a heavy toll in terms of colleagues infected and killed by COVID-19, while working for patients, and I want to believe that the word was put to an end to absolutely intolerable allegations and suspicions about our work”. This was stated by the president of the Federation of Pharmacists’ Orders (Fofi), Andrea Mandelli, “taking note of the clarification of Commissioner Arcuri, who confirmed that the responsibility for the emergency masks cannot be attributed in any way to pharmacists”.

Fofi, says Mandelli in a note, “knows well the complexity and severity of the problem of supplying surgical masks to the population, and the need for a solution to be reached as soon as possible. From the beginning of the pandemic, FOFI, as a representative of the profession and subsidiary of the state, had denounced that the market was out of control and that pharmacies were unable to guarantee the supply of these devices through traditional channels “. In the months of the lockdown, he concludes, “despite growing difficulties, Italian pharmacists have continued to guarantee pharmaceutical assistance to citizens, on weekdays as well as on holidays, during daytime and at night. They guaranteed the maximum possible safety within the facilities and worked to resolve critical issues such as oxygen deficiency for home patients and the application of the new rules on electronic recipes “. (ANSA).

«From the first moment of the crisis – reconstructs the president of Federfarma Roma and Federfarma Lazio – the sharp increase in demand for masks, in addition to causing a dramatic shortage throughout the national territory, has led to a dizzying increase in prices to pharmacies, which they are having to purchase the masks from suppliers at a cost 10 times higher than the usual one – he continues -. This fact inevitably led to an increase in the price of the masks also for the end user who, oblivious to the speculation upstream of the supply chain, took it with the pharmacists at the counter, provided that he was lucky enough to find a pharmacy that had one ». “Subsequently the necessary checks came from the Nas and the Guardia di Finanza, all over Italy, even several times at the pharmacy, in order to check the prices and the methods of dispensing the masks”. And «then came the lawsuit of the certificates: true, false, plausible, not authentic, not accredited. But those who bring these masks into Italy should not have the task of controlling this aspect? In the meantime, pharmacists got sick and died because they were forced to work without protection in dramatic situations. Yes, because we didn’t have masks for us either, “he recalls. In recent weeks, an agreement has been signed with Commissioner Arcuri, but the dispute over the masks has not ended, on the contrary.

«I am a pharmacist, for 3 months I have been behind a counter in the most affected region of Italy» under the blows of the new coronavirus, but also on behalf of colleagues from all the other regions «I only say one thing: we tear up all the agreements, but get us the masks. Send them to us because people ask us. Send them to us soon, send them to us immediately, because this dispute has been going on for 2 weeks ». The appeal of Annarosa Racca, president of Federfarma Lombardia, who in video link with the ‘Coffee Break’ broadcast on La7 is above all keen to clarify a point: «I do not accept that we pharmacists are to blame. I feel offended if it is said that we do not want to give masks. We are with people and for people ».

After yesterday the national Federfarma reported that “the masks at 0.50 cents are already finished and are nowhere to be found”, Racca confirms that in some cities “masks have arrived, however in absolutely insufficient quantities in the face of very strong demand”. The negotiation continues, so “I hope that something will unlock and that wholesalers can send it to us in pharmacies”. The president of the Lombard owners association repeats: «Right now we need those masks. If those imported from China do not go well, if there are Italian companies that must produce them, if they must be authorized by the Higher Institute of Health and give them to wholesalers, please do it quickly because we are without ». As for the discounted price “I am very happy there is. I don’t care about this: send us the masks, “he insists.

“Very well, the price is down, we are for the citizens”, continues the president of Federfarma Lombardia who highlights how pharmacies “have really contributed in a decisive way in this emergency. After all – he observes – we all had to stay closed in our homes and we could only go to the pharmacy or grocery stores. We never missed the drugs, we increased the schedules, we helped people to behave well “to contain the spread of the infections,” in the first moments we tried to get masks imported from China, as well as gels and everything that was supposed to help us defend ourselves ».

“We printed the recipes when the citizens could not go to the doctor, we brought the medicines to their home through the Red Cross or personally,” remembers Racca. “Unfortunately, many of us have also left our skin”, but “we will continue to be open, to work on Saturdays, Sundays and to be on the front line”. But now “I’m waiting for these masks and all my colleagues are waiting for me.” So “to the Government, to the Civil Protection to wholesalers I say we unlock this situation. It’s very easy: we need masks, we must send them the intermediate distribution, so they have to go to the pharmacies. We need this because we have been told: this virus can be fought even with masks on its face ».

INDUSTRIAL
The “state masks”? «A flop whose effects are there for all to see: dry pharmacies, hiccups, almost stopped distributors, importers short of dealers from abroad for the too low price imposed in Italy and companies that, after being pushed by government to reconvert their production, they are now grappling with costs that they will not be able to cover ». It is the harsh indictment of Sicindustria, which through the mouth of the deputy vice president Alessandro Albanese points the finger at “the announcement government”.

«It has struck again – he says -: when proceeding with the edicts, without a prior analysis of needs, costs, coverage and market dynamics, unfortunately the effects are always negative. So today we are faced with a paradoxical situation, with pharmacies without devices, small entrepreneurs who have stopped production because they are no longer sustainable and foreign retailers who do not find it convenient to sell their product in Italy. At this point the government will tell us within 24 hours where to find the surgical masks at 50 cents – he concludes -. Otherwise it would be wiser to dominate the impulse of the announcement, rather than to pass on the responsibility for one’s own inefficiencies to others ».

Last update: 20:47

© RESERVED REPRODUCTION

.

Masks. Elastics have become just as precious as fabric

It’s almost a truism: to make protective masks, you have to fix them behind your ears. And this is also the rub, if we are to believe the many calls for donations posted on social networks. To cope with the shortage, seamstresses and Sunday dressmakers are imaginative to say the least, and replace the precious elastic bands with pieces of inner tube, old tights or bra straps.

At Coupons d’Alsace, a company selling fabrics and haberdashery in Bourgogne Franche-Comté, a region hard hit by Covid-19, demand exploded when the four stores reopened a few days ago. From 1,200 meters of elastic sold at most each month, the company has grown to at least 12,000 meters … per day.

> Find our live from this Friday, May 8 devoted to the coronavirus crisis

700,000 meters per week

Everyone rushed to buy fabric and rubber bands, says the director, Rafi Deryeghiyan. From the start of the health crisis, the merchant had given all his stocks to local communities to make masks. Approaching deconfinement, he restocked, with some difficulties nevertheless. Several suppliers had to be called, he continues, indignant at the passage of prices indecent that we see circulating on the internet.

For his part, Jean-Damien Gauthier, the president of the company manufacturing elastics, braids and cords Gauthier fils, in Puy-de-Dôme, decided not to increase his prices, which range from 4.5 at 8 cents per meter sold to haberdashery wholesalers.

We went from 150,000 meters of braided elastic to almost 700,000 meters per week, explains the director, at the head of a company of some 50 employees. For the occasion, we came out of trades that hadn’t worked for years, he says.

The boss of the Auvergne SME reorganized production over six days. And on Sunday, I go to the site to operate the trades.

“Incredible” request

Like him, Gery Fauchille, the CEO of the Sagaert group, which produces textiles and plastics in the Nord department, was surprised by the scale of the demand. Seven of the 18 factories in his group manufacture elastic and ribbons for various sectors of the economy each year.

In a few weeks, they went from 10,000 meters to 200,000 meters produced every day, he explains. All for individuals or garment factories. Our employees came to work at night, on weekends, everyone got involved, he stresses, to meet this demand which he describes asunbelievable.

The Norman group Lécuyer, producer of textiles for aeronautics, luxury goods and the medical sector, was already one of the major French manufacturers of elastic bands for medical masks. The ramp-up, there too, was exponential.

From 5 to 10 million meters of rubber bands produced each week, we rose to more than 50 million, underlines its leader, Charles Odend’hal, joined by the AFP.

The company, which has also donated equipment for caregivers, manufactures both elastic bands for surgical masks and a classic range adapted to be used for cloth masks.

The local, far from start-ups

These are elastic bands that hold on washes at 60 degrees over more than 100 cycles.says Odend’hal.

We have adapted this range a little so that the elasticity is not too strong and that it is comfortable. It seems harmless but it can quickly be unpleasant to wear a mask with a too tight elastic several hours a day, he recalls.

As for the customers, they are dressmakers or small town haberdashery, we are addressing all professionals.

The leader hopes that the health crisis will in any case prove that a local industry continues to serve something.

For years, start-ups were put forward, services, platforms … However, we realize with the crisis that those who manufacture concrete things, that industry, is essential, he sighs.

.

Irene Pivetti and the mask scandal: business or volunteering? | VIDEO

News |



The former president of the Chamber is under investigation for 15 million masks that would not have certification imported from China. Regardless of the outcome of the investigations, we offer you an interview with Luigi Pelazza with the man who worked with you. That leaves at least one question open

Irene Pivetti, former President of the Chamber and TV presenter, is investigated for a few days because he would have imported 15 million from China through his company Only Italy masks that would not be uncertified. She, even speaking to us, he rejects any accusation: “The supplier had told me that there is a certificate, if there are not aggrieved party“.

Luigi Pelazza tells us about someone else who feels an injured party in a complex story that concerns her. IS Andrew, his company has been dealing with transport all over the world for 50 years: “Pivetti had acquired a license for a train from Italy to China who had no one, from Milan through Poland and Belarus “. It seemed convenient compared to the 50 days it takes to ship containers by ship. We are in September 2018.

Andrea says he met Irene Pivetti in Milan: they sign a contract, he is suggested to use an Austrian railway operator. 40 containers are shipped with 400 thousand euros of tiles. However, the deal would not have been successful for lack of buyers. Andrea, after more reminders, invoices her about 20 thousand euros. He receives a 50,000 counter bill. Only Italia also has offices in Poland and San Marino, companies visited by the correspondent seem to be without staff to date.

Andrea calls today again, in front of our Luigi Pelazza, to Irene Pivetti. They agree on an appointment in Milan: Andrea requests payment of the expenses incurred. “Everyone keeps his losses” replies the entrepreneur and the contract between the parties is actually very ambiguous. Meanwhile, other business in China, focusing on Made in Italy for Irene Pivetti, on the other hand, would be fine.

The proposal arrives: “If you are interested in the train, I now tell you with a certain cynicism that I wanted to exploit the coronavirus for this too because now that the flights have closed. I have already written: ‘Dear Qingbaijiang District, since the flights are not coming, I will send you trains of masks and medical supplies …’ If she is happy to return to the game, I am happy. “

This meeting takes place on February 28, 2020, when the infection was about to leave for everyone. Pivetti says: “Yes, yes, we are running like crazy because this emergence of the virus it made us change jobs in a way. We all had to throw ourselves on this matter here which for charity, I must say, is also very interesting from an economic point of view“. “For the things you need for an emergency?” Asks Andrea. “Yes exactly. It’s not bad since all the rest of the business is obviously suspended until further notice, “Irene Pivetti replies.

These sentences seem to clash with what he says on TV: “We are doing it voluntarily, with the people around our company, a support for Civil Protection exactly to acquire masks on international markets “. In short: is it a business, albeit legitimate, or a voluntary service?

“This medical part was a bit of a discovery,” says Irene Pivetti to Andrea. “I think I will keep it as a permanent sector so that I can supply Europe … I think it will be ‘a world’ because what I expect after this virus is that there is growth in these sectors …”. “… It must also be nice business in short … “intervenes Andrea. “Exactly, yes,” replies Pivetti.

No condemnation, we repeat, is the job of an entrepreneur. “There Italian civil protection she asked us for things … let’s see a little “, continues the entrepreneur with Andrea,” if they take them I’m very happy … “. “I add … I don’t know … 15 cents per product, just to have a margin”. Multiplying it by the 15 million masks requested to Irene Pivetti from the Civil Protection would make a gain of 2 million and 250 thousand euros. A difficult figure to accompany the word “volunteering”.

How will it end with Andrea’s invoices? “I find it extremely incorrect to have mixed a business affair that has nothing to do with the emergence of the coronavirus,” he says Irene Pivetti, which gives the own version of what happened with the tile train.

And the scandal masks? “We received a very good product on paper. Inside some of these cartons there were non-compliant packages. When they contested me saying that this brand is not regular. I say, but these are not mine … they were mine … Someone there exchanged them. In fact, I contested the game. ” The investigations will clarify whether he is right or not.

We are left with one question: has it gained or not? “I don’t make money on civil protection, I cover the costs”. And when did you say to Andrea? “I add I don’t know 15 cents per product, just to have a margin” or “I now say with a certain cynicism that I wanted to exploit the coronavirus for this too”.

.

why should we forget the masks with sagittal stitching

For several days, many French people have been busy looking for masks. But some consumer models are to be forgotten, like those with “sagittal stitching”.

It is the race for masks, “general public”, “surgical”, in pharmacies, tobacconists or supermarkets. However, certain models are to be avoided, in particular those with “sagittal stitching”, that is to say between the nose and the mouth.

The recommendation comes directly from AFNOR, which sets the standards, but also from the National Medicines Safety Agency, the seams located in these places would not guarantee good protection, allowing more elements to pass through than the composite zones. only fabric. “watch out for models with one or more vertical seams along the nose, mouth and chin. This solution was not retained by the experts when writing the Afnor Spec (risk of leakage through sewing)“, specifies AFNOR.

However, the first patterns which started to circulate in March, in particular that resulting from the University hospital center of Grenoble rested on a construction with sagittal seam, before several opinions warn against the latter.

In addition, it is possible to turn to “general public” masks with AFNOR logo and certification, where it will also be specified the number of washes that the masks can undergo before losing their effectiveness.

.

“Health of Representatives”: A proposal to give each citizen 10 masks on the ration card

Dr. Ayman Abul-Ela, a member of the Health Committee in the House of Representatives, stressed the need for citizens to be aware of the dangers of the spread of the Corona virus, adding: “In Parliament we thought that wearing masks is mandatory in public transportation, government institutions and companies, and this requires a legislative framework, and this is linked to availability and quality at an affordable price.” Or free. “

He said during a telephone conversation with Khaled Abu Bakr, during the program “Every Day” broadcast on the “Extra News” screen: We need legislation, because it will be stronger than the decision of the Council of Ministers, and this requires the availability of supervision … Gags reduce the rates of injuries by 50 to 80%.

He pointed out that sterile mask production lines reach 900 million musk a month, whether in the private or public sector, adding: “I suggested dispensing tea soap in the ration cards, and that every citizen be given 10 masks on the ration cards, and the state bears them in exchange for providing them to the citizens.”

He continued: “I submitted the proposal and the prime minister will study it because it is a very important proposal … and there are some misuses that are being used again.”

.

Masks, are they mandatory? Better surgical or FFP2? All the FAQ

In Italy, phase 2 of the coronavirus emergency began on May 4, a period in which it will be possible to leave the house, but in which you will also need to wear masks. What do we know about this protective device? Are masks mandatory or not? When should they be used and how? What are the indications of the World Health Organization? Here is everything you need to know about protective devices, after the latest innovations introduced by the dpcm of 26 April (LIVE UPDATES – PHASE 2 IN THE CITIES: PHOTOS – GRAPHICS – THE NEW SELF-CERTIFICATION).

Are masks mandatory?

According to what is reported in article 3 of the dpcm, “for the purpose of limiting the spread of the COVID-19 virus, it is mandatory throughout the national territory to use respiratory protection in closed places accessible to the public, including means of transport and however on all occasions when it is not possible to continuously guarantee the maintenance of the safety distance “. So yes, there is an obligation in all closed places and in situations where it is not possible to keep the right distance.

Do children have to wear a mask?

As for children, in phase 2 the mask is mandatory only for those over 6 years of age, although those for the youngest seem to be more difficult to find in the pharmacy. To be safe, the pediatric masks – which can be colored, shaped, with animated drawings – must adhere well to the baby’s nose and mouth. They have smaller dimensions than those of adults and specific indispensable properties.

Is anyone exempted?

Yes, the decree has established some exceptions: in addition to the one already mentioned for children under six years of age, “subjects with disabilities not compatible with the continuous use of the mask are also excluded from the obligation, or those who interact with the aforementioned “.

Are there Regions in which different rules are foreseen?

Yes, some regions (such as Tuscany, Lombardy, Friuli-Venezia Giulia, Calabria and the Autonomous Province of Bolzano) have made specific regional ordinances the obligation to cover the nose and mouth every time you go outside the home.

Which masks can be used?

On this point, ample flexibility is granted, provided that the protective device correctly fulfills its function: “Community masks can be used, that is, disposable masks or washable masks, even self-produced, in multilayer materials suitable to provide an adequate barrier and, at the same time, that guarantee adequate comfort and breathability, shape and adherence that allow to cover from the chin above the nose “.

How should businesses behave?

The shops, as closed places, must guarantee compliance with the protection measure for all customers and therefore: “Use of masks in closed places or environments and in any case in all possible work phases where interpersonal distancing cannot be guaranteed” .

Where will it be possible to buy them?

The masks will be available in pharmacies, parapharmacies, but also supermarkets, tobacconists, hardware stores and large distribution chains. It starts with 50 thousand points of sale, but by the middle of May the points of sale will become 100 thousand, one for every 600 inhabitants. Starting from Monday 4 May, a sale price has been set at 50 cents plus VAT for each mask, so that even a family with children has the opportunity to buy masks for everyone. Agreements have been signed with pharmacies, parapharmacies, but also supermarkets, tobacconists and large distribution chains to increase the stores where the masks will be available at the set price.

What are the WHO indications?

The World Health Organization recommends in any case to wear a mask when there is even the suspicion of having contracted the new coronavirus or if symptoms such as coughing or sneezing are present. Same speech for those who are taking care of a person with suspected new coronavirus infection. The WHO also specifies that the use of the mask helps to limit the spread of the virus, but must be adopted in addition to other hygiene measures, from gels to gloves.

How to put on and take off the mask?

In operations to put on or remove the mask, follow the instructions of the Ministry of Health: before putting it on, wash your hands with soap and water or with an alcoholic solution; cover your mouth and nose with the mask making sure that it adheres well to the face; avoid touching the mask while wearing it and, if you touch it, wash your hands; when it becomes humid it must be replaced with a new one; remove the mask by taking it from the elastic and do not touch the front of the mask; throw it immediately in a closed bag and wash your hands.

What is meant by the FFP classifications?

In addition to the surgical ones, the masks on the market are classified into three different levels of protection: FFP1, FFP2, FFP3. The FFP1 guarantee 72% protection from the outside to the inside and vice versa. For FFP2 the filtering capacity in both directions is 92%. Finally, the FFP3 have a filtering capacity inward and outward of 98%.

Better than surgical masks or FFP2?

In this sense, there are no obligations, but the FFP2 masks are used to prevent the passage of the incoming virus and are necessary for medical personnel and anyone who has to deal with covid patients. In all other cases, simple surgical masks are sufficient, which avoid outgoing contagion. Ministry of Health and WHO also specify that “it is not useful to wear multiple overlapping masks”.

Is the mask mandatory to run?

For those who go out of the house to run it is not mandatory to wear a mask. Some regions, such as Lombardy or Veneto, however, specify that it should be worn before and after motor or sport activity. In any case, during physical activity, the government explained, it is mandatory to respect the interpersonal distance of at least two meters, if it is a sport, and a meter, if it is a simple motor activity.

How not to fog up the glasses wearing the mask?

The first precaution consists in cleaning the glasses with soap and water before putting on the mask, then drying the lenses in the air or dabbing them with a cloth, in order to create a sort of “protective layer” able to avoid the fogging for about two hours. Or there are also special anti-fog sprays that allow to obtain the same effect. Alternatively, the upper flap of the mask can be folded inwards, thus preventing air from rising towards the eyes or by applying a strip of fabric or a tissue just under the eyes.

->

Last modification date 04 May 2020 at 14:08

Read everything

.

transport, work, school, masks… The answers to your questions

→ Do you still have a question? Put it here.

FAMILY

► My husband is stranded in another city. I am all alone and the situation stresses me a lot. Can he join me?

Your husband cannot join you because it is impossible to change the place of confinement unless it is necessary, such as the end of a tenancy, the protection of vulnerable persons or animals, or the care of children.

►My mother died in an Ehpad on 1er April. Because of the confinement, we cannot go and empty her room. Can the establishment invoice us until deconfinement, knowing that the month reaches almost 4,000 €?

♦ Contacted, a lawyer specializing in medico-social action law gave us this response: “In this case, common law applies. The contract is still in effect, even if the person has died. If the room is still available, it will be billed. Unless the director of the establishment decides to make a gesture. “

Therefore, you must contact the management of the establishment to try to find an arrangement. For example, nursing staff can empty the room and set aside your mother’s belongings so that the room becomes vacant and you can collect your belongings after the confinement period.

►The option “travel for compelling family reasons, for assistance to vulnerable people or childcare” of the certificate of derogatory displacement allows me to join my companion, including cancer, for a few days, waiting for treatment, has just been diagnosed, and come back a few days later to join my children? He lives 600 km from my home. Is it necessary to have a document justifying the disease?

♦ If your spouse has an imperative need for assistance – in other words, if he is considered a “vulnerable person” – you can join him. Otherwise, unfortunately you cannot make this trip.

► I do not feel safe in my parents’ home because I suffer certain verbal, psychological and sometimes physical violence. My boyfriend’s parents offered to come and confine me at home. Do I have the right to go there?

♦ Asked, the national police told us that it is “Preferable” contact the police or gendarmerie by telephone or by going to the post closest to the place of containment. “There can be a criminal response to this type of situation”, specifies the police.

It is also possible to get in touch with the police services via a digital chat set up during the confinement period, open 7 days a week from 8 am to 9 pm, on the police-nationale.interieur.gouv website. Fr. This platform allows“Assess the situation and refer to the right people”, assures the police.

If you are a minor, the platform “Hello Child in Danger” can help you 7 days a week and 24 hours a day. Dial 119, free call.

► Being confined to our parents-in-law, do we have the right to return home because confinement in cohabitation goes very badly?

♦ Once chosen and determined, the place of containment must not change. The government specifies that it is only possible to reach your main residence in special situations, such as the end of a rental, to take care of vulnerable people or animals or even to babysit.

► We had to adopt a dog. Is it possible to go to the farm to pick it up? ((Response updated on 04/13/2020)

♦ If it is a shelter of the Society for the Protection of Animals (SPA) in your area, it will be allowed to move there from April 16 to adopt an animal. The information was confirmed on Twitter on April 11 by the Minister of the Interior, Christophe Castaner: “Our pets should not be “Collateral victims” du Covid-19: alerted by the SPA about the risks of saturation of its premises, the government grants from Thursday a tolerance concerning movements for the adoption of animals in shelters. “

For that, “Strict rules must be observed by applicants for the adoption of animals in shelters”, said the Minister. The animal must be chosen in advance on the SPA website; a specific appointment will be fixed and the refuge concerned will issue a dematerialized certificate with the schedule of the appointment; the adoption candidate must travel alone and be provided, in addition to the SPA certificate, with a certificate of derogatory displacement for “compelling family reasons”.

Note also, for the World Organization for Animal Health, “To date there is no evidence that pets are spreading [le Covid-19] .

► What box to check if I have to collect my wife who does not have a vehicle at her workplace?

♦ If there are no other transport solutions, the box “travel for compelling family reasons” must be ticked.

► Can I bring groceries to my 89-year-old mother, who lives 1.5 hours from my home?

♦ Yes, it is authorized to take care of vulnerable people by specifying it on the certificate of derogatory displacement, but it should be remembered that seniors are the people most at risk against the virus. Thus, they must be protected as much as possible from any contact and pay even more attention to barrier gestures. In addition, it is recommended to apply the rules of hygiene by washing your hands when returning from shopping or after handling food products. Solidarity between neighbors for shopping for essential products is also a response to come to the aid of fragile, isolated or disabled people.

► My 22 year old daughter lives with me. She does not respect confinement and goes to visit her friends. How can I prevent him from leaving the house?

♦ Demonstrate pedagogy. Failure to comply with the confinement rules exposes the person to a fine of € 135, which can be increased to € 375. In the event of a repeat offense, i.e. two violations in 15 days, the fine increases to € 200 and can be increased to € 450. It becomes an offense punishable by six months’ imprisonment and a fine of € 3,750 in the event of a repeat offense more than three times within 30 days. Several people have been sentenced by the courts for repeatedly breaking the rules of confinement.

► Can we drop off our children every day and collect them every evening from the grandmother? We are telecommuting but it is difficult to work with very young children.

♦ No, you have to limit your trips. Vigilance vis-à-vis the virus is also heightened among the elderly, including those in good health. Children can be healthy carriers of the virus, which passes through them without necessarily having visible signs. If your children are under the age of 16, one of the two parents can benefit from a compensated sick leave, in the event that it is not possible to benefit from an arrangement of working conditions allowing them to stay at home.

Childminders are expected to continue working and can welcome young children into their homes, respecting barrier gestures and avoiding contact between children. The authorities nonetheless call for civility by trying, as far as possible, to babysit, especially if teleworking is possible.

► I would like to help my daughter, who is alone with three children 2 km from my home, for homework. I’m 67 and I’m in good health. Is it possible ?

♦ Unfortunately, this situation does not meet any of the criteria provided for in the derogatory displacement certificate. You can’t go to your daughter’s house.

► I am a single mom with an 8 year old child. If I travel, I have to take my son with me because he cannot stay alone at home. I have to go shopping and I am told that I cannot go there with my child. Is it true ? How do I do it since I can’t let someone else know?

♦ Some brands have chosen to prohibit parents accompanied by their children from accessing their stores. This decision does not depend on any prefectural decree or on a ministerial decree prohibiting access to stores for children. There is nothing to prevent you from taking your son with you on the go. However, it is not recommended to take your children to places where there is a risk of contamination and spread of Covid-19. But if you have no other solutions, it is still allowed, respecting the barrier gestures.

► Does my ex-spouse have the right to collect the children to babysit, knowing that we live more than 5 hours away from each other? If yes, do I have the right not to accept because I find it too risky for children?

♦ Secretary of State Marlène Schiappa recalled on March 17 that “Separated parents can pick up, drop off or take their children to the other parent” by checking the box “Travel for compelling family reasons, for assistance to vulnerable persons or for childcare” on the derogatory displacement certificate. Parents are also advised to bring their judgment or the divorce agreement, which specifies the custody arrangements for their children. Otherwise, if no measure has yet been put in place, an exchange of emails fixing the agreement between the parents may suffice.

If the child is sick or fragile, it is best to stay at the home of one of the parents. They are invited to use common sense, especially if their homes are far away, specifies several family law lawyers. They may consider making up for lost time after confinement. It is still possible to file a complaint for non-presentation of children. But there is a good chance that a conviction will not be pronounced given the reduced activity of the courts. The police are also urging parents not to file a complaint. Communication and good relations between parents must be privileged.

► I’m 20 years old, my parents are separated. Do I have the right to spend a week with one, a week with the other during confinement as in the case of alternate custody?

♦ As an adult, you cannot go every other week to one of your parents. Travel should be strictly limited to avoid spreading the virus. So you must choose only one place of residence during your confinement.

I live an hour away from my mother’s house, which is considered vulnerable. If the confinement hardens, could I still deliver his groceries to him?

You can still deliver your mother’s groceries to her home (provided you have completed your certificate) because travel for assistance to vulnerable people is currently still allowed. No time or distance limit is mentioned for this type of trip.

► Can we join our parents during confinement, I have a train ticket soon?

♦ Yes, it is possible to return to your parents, if you intend to settle there during the entire confinement period. “If the train is not deleted, it is possible to return. The person can tick the box “compelling family motive” »says one side of the Ministry of the Interior. However, leisure stays or short stays are prohibited.

► We must live the funeral of our stepfather. What are the measures issued in this case in terms of assembly and worship?

♦ Attending a funeral is unfortunately not part of the trips authorized by the government. On Tuesday March 17, during an interview on France 2, the Prime Minister spoke on the subject: “We have to limit movements as much as possible and even under this circumstance, and I am well aware of saying something of a very harsh nature, we must not depart from the rule which has been fixed. ” Only the five cases listed on the certificate thus make it possible to depart from the rule.

→ READ. Coronavirus: families and loved ones denied a funeral

► Being divorced and in a department other than my ex-wife, do I have the right to pick up my children to exercise my rights of custody for the weekend?

♦ Yes, you can continue to exercise your right because “child care” is on the list of trips authorized by the government. “Yes, separated parents can pick up, drop off or return their children to the other parent”, Marlene Schiappa, the secretary of state for gender equality, said on Twitter on Monday 16 March. Government spokeswoman Sibeth Ndiaye also said it is important that “Family cells can remain constituted”.

PURCHASES

Garden centers could open during containment. What is it exactly?

♦ The Secretary of State to the Ministry of Economy and Finance, Agnès Pannier-Runacher, declared on 1er April before the Senate: “In the context of the arbitrations that we have just rendered, the sale of vegetable plants is considered a purchase of basic necessity. “

→ LIVE. Coronavirus: the latest information from Monday, April 20

The prefectures can therefore sign exemptions to allow garden centers and nurseries to reopen, only to sell vegetable and fruit plants and vegetable seeds. Contact your garden center beforehand: some have not reopened despite this measure, others are likely to have adjusted their opening hours or set up a delivery system.

Having FFP1 masks planned for DIY work, I wonder if I can not use them several times for shopping, leaving a week or so between each use?

♦ The National Institute for Research and Security (INRS) indicates that a removed FFP mask should not be reused. The duration of wearing this mask must be in accordance with the instructions for use. In all cases, this duration will be less than 8 hours on a single day.

Insr recalls that the FFP mask is a respiratory protective device. It is intended to protect the wearer, both from inhaling droplets and from airborne particles, which may contain infectious agents. The FFP mask is classified into three categories, according to their effectiveness: FFP1 filters at least 80% of aerosols (particles suspended in the air); FFP2 filters 94%; FFP3 filters 99%.

To properly wear an FFP mask, you must: wash your hands before handling it; place the mask on the face, the nasal bar on the nose; hold the mask and pass the elastics behind your head without crossing them; pinch the nose strip with both hands to adjust it to the level of the nose; check the tightness, in particular by checking that the mask is slightly crushed on the face after inspiration. If this is not the case, it means that the model is unsuitable. Once adjusted, you should no longer touch the mask with your hands. After use, the mask must be removed from the back, by elastic bands or straps, without touching the front part.

Can I pick up my paper newspaper in the neighboring town, 2 km away?

Newspaper vendors are among the “essential businesses” and are therefore still open during the confinement period. Travel being limited, it is requested to go to the newsagent closest to home to make this purchase.

► Can I continue shopping together, with my husband?

♦ Shopping with others is not prohibited but is strongly discouraged. Supermarkets and other shops are places favorable to the circulation of the virus. To avoid its spread, it is therefore advisable to go shopping alone and to maintain a safety distance of at least one meter with other customers. Some supermarkets also filter access to one person per household.

Are supermarket checkout screens contagious?

The risk of being infected with Covid-19 by touching a contaminated surface is, according to studies, low to very low since the virus is mainly transmitted by human contact. This depends in particular on the frequency with which the screen is cleaned. In all cases, you must respect the rules of hygiene (do not touch your face and wash your hands after returning from your shopping).

► With full containment can you take your car and can you go shopping when you want?

♦ There is currently no limit on the number of trips per day. However, you must have your completed certificate each time.

But if you are allowed to go shopping as many times as necessary, it is best to do it as little as possible because the government strongly advises against the multiplication of micro-displacements, because of the health risk.

► Do you have to fill out an exit form every day or is the same form used throughout the confinement?

♦ On Tuesday March 17, on the set of France 2, Prime Minister Édouard Philippe gave more details concerning the certificate that everyone must complete to be able to travel. So, it only needs to be done once if it comes from an employer, to go to his place of work. However, it must be renewed each time to go shopping, “A constraint which makes it possible to see that the rules are respected”.

The baker touches the change and the bread with his hands. Can this spread the virus?

If data from a recent American study by the National Institute of Health (NIH) shows that the virus can survive up to three on stainless steel, the chances of being infected by recovering its currency are slim. ” The risk of being infected with Covid-19 by touching coins, banknotes or credit cards is very low “, explained on March 7 on Twitter the Ministry of Health. Regarding food, again, there is very little chance of being contaminated, since transmission takes place only by the respiratory route or through the mucous membranes, and not by the digestive route. To protect yourself from the risks that remain, all you have to do is follow the barrier measures and hygiene rules.

EVERYDAY LIFE

► I booked a puppy with a private individual on the 1ster March 2020 and had to recover it at the end of March. I have read that professional breeders have the right to deliver an animal to a private individual and that it is possible to move around to take possession of it at the SPA. Can we also travel to an individual?

♦ Indeed, the interior ministry has authorized people to go to shelters since April 11 to adopt an animal. Professional breeders can also deliver the animal to a private individual.

However, moving to pick up a puppy from a private individual – not a professional therefore – is not one of the reasons for travel authorized during this period of confinement. You can therefore only recover the puppy when the confinement is lifted, by then respecting the rules of social distancing.

► I live in a house with a garden, on the edge of a dead end public road. Can I go to the karcher and repaint my exterior wall along the street, about 15 meters long?

♦ Yes, provided you respect the barrier gestures with your neighbors and passers-by.

► Can we go to an individual for a second-hand purchase?

♦ No, this is not one of the authorized reasons for travel. However, the seller can send the product, if possible, via La Poste. The group announced on April 20 that it would reopen 10,000 contact points in France by the end of April and increase mail delivery to four days a week.

► My current address is different from the one mentioned on my identity card because I currently live with my friend. How to justify a trip?

♦ If this is your place of containment, indicate the address of your friend on the certificate of derogatory displacement when you need to go out. You can also specify this during a police check.

Should we respect selective sorting? Which check box?

♦ It is authorized to go to the recycling container closest to the home or to a recycling center. You must bring your certificate by checking the “travel to make essential purchases” box.

► Do I have the right to employ a gardener during confinement?

♦ Yes. If it is a question of looking after the garden of a property in which no one is confined, no problem. Otherwise, it will be necessary to ensure that the safety distances are respected, and the gardener will have to fill out a travel certificate. It is therefore possible, but not advised: it can increase the risk of contamination, especially if the gardener in question has other customers than you. In addition, the disposal of green waste is complicated by the closure of recycling centers, which can complicate the task of the gardener.

HYGIENE

► Would it not be appropriate to remove the rings from our fingers to wash / disinfect the hands?

♦ Removing your rings and bracelets before washing your hands allows for better washing because the jewelry covers certain areas of your body that water and soap cannot touch and clean. The Canadian Center for Occupational Health and Safety (CCOHS) explains on its website what is good hand washing: “To wash your hands effectively, you have to remove your rings and other jewelry, use water and get your hands completely wet. Take soap (1 to 3 ml) and lather well. Soap the hands for at least 15 seconds, taking care to rub between the fingers, back of the hand, wrists and forearms. ” Then rinse thoroughly with clean running water and dry your hands with a disposable towel or under a dryer. Jewelry can be real nests for bacteria, in times of health crisis, it is also important to clean it regularly.

AUTOMOTIVE

► Is car parking in cities free?

♦ Since the start of confinement, several cities in France such as Lyon or Paris, have decided to set up temporary free parking spaces. However, this is not the case for all cities. To find out if your municipality is affected, you can go to the PayByPhone website and application, which lists the municipalities where parking is free.

► I must carry out the technical inspection of my car before the end of the month. Is it possible ?

Yes, you can carry out the technical inspection of your car as planned. The automotive equipment stores are always open and you just have to check the “essential purchases” box on your derogatory travel certificate. But be aware that carrying out your technical control is not necessarily necessary during this period. A tolerance period of three months for light vehicles has been put in place, announced the minister of ecological and united transition Élisabeth Borne. For heavy vehicles, the tolerance period is fifteen days.

PROFESSIONAL LIFE: EMPLOYEES

My question is about the child care stops that will switch to short-time working from early May. In my case, I have not been stopped since the start of confinement. I did a week of telecommuting, a week off, a week on paid leave and since then off. Can I extend my stop in early May and therefore avoid short-time working? (Since I have not yet used daily “child care stop”)

♦ As of May 1, parents in custody order automatically switch to partial activity. And this, even if they have not reached the 30 days after which the compensation drops to only 66% of the salary for employees with less than 5 years seniority. In partial activity, this allowance is equivalent to 84% of salary. However, these terms are subject to change after May 11.

I am confined to 900 km from my workplace. Will I be able to go there from May 11?

Yes, if however your job cannot be converted to telework and you must go there. The implementation of deconfinement may vary depending on the company.

My son has Down’s syndrome so a weak immune system. Should we, my husband and I, return to work on May 11 knowing that I am a hairdresser, so I work with the public. Or can I exercise my right of withdrawal to preserve our child?

According to the Labor Code, the right of withdrawal cannot be exercised if the risk concerns people outside the company, in particular users. You will not be able to justify your withdrawal by a potential risk for your son. However, your employer is required to provide you with working conditions that minimize the risk of contamination. You can also request a work stoppage for the care of a vulnerable person, your son falling into this category. This judgment makes it possible to receive 90% of the gross salary, with support shared between social security and the employer. No steps to take, you just need to present your attestation of need for care of a vulnerable person to your employer.

I work in construction; I have a client 1:30 am from home. Can I go see her to get the plans for my work?

Technically, you are authorized to do so, as long as you take all the necessary precautions (safety distance, hand washing, etc.), because without these plans, you cannot work. However, if the client in question can, instead, scan or photograph them to send them to you digitally, prefer this option, which reduces the risk of contamination.

I have to get a computer for my work. The only one available is 70 km from my home. Can I go get it?

As part of the fight against the epidemic, everyone must limit their trips as much as possible. In this case, this one, in the absence of other information, seems necessary for the good continuity of your work. So you can go get your computer. However, check that your company cannot provide you with one: it is obliged to guarantee the possibility of teleworking.

Can I go to work if my spouse is affected by Covid-19?

♦ No, because you would then be potentially a carrier of the virus, even asymptomatic, and therefore contagious. The government site also warns: “I must not go out if I am sick; I must not go out if my spouse or children are sick. “

► My companion is in the building. After being confined, he returned to work. His boss promised him that he had everything in place to protect his employees. Except that there is no mask, no hydroalcoholic gel, but alcohol at 70 degrees to replace. In the workshop, there are noisy machines and the employees are forced to stick together to be able to get along. So, barrier gesture level, it’s nothingness. He works in marble and for me it is far from essential. He has no reason to make a right of withdrawal. What can we do because I have to protect myself, being a hospital service agent?

Work can replace telework when it is not possible, provided that the employer makes sure to limit the risks of transmission of the virus, which does not seem to be the case with your companion’s employer. The rules of distance (one meter minimum) and barrier gestures must be observed. The employer must ensure that the rules are actually followed, that soaps, gels, handkerchiefs are supplied and that trash bags are available; meetings should be limited to what is strictly necessary; the grouping of employees in reduced spaces must be limited; all non-essential trips must be canceled or postponed.

The government has published a document recalling the obligations of employers. It does not provide a right of withdrawal for the situation in which your companion finds himself: he recommends“Discuss it with your employer, if necessary via your staff representatives, to adapt the organization of work to health requirements”. However, if the employer continues to ignore these instructions, you can contact the labor inspector in your sector. His contact details must be displayed in the company. They are also available on the website of the director for your region.

►When we have been on partial unemployment for 19 days, I heard that my boss wanted to send me back to the construction site next week. Does he have the right and above all do I have the right to refuse? (I work in metal structures and locksmithing.)

♦ Dans cette situation, il sera compliqué d’exercer votre droit de retrait. La charpenterie et la serrurerie ne font pas l’objet de restrictions, il vous faudra donc, le cas échéant, justifier la raison pour laquelle vous décidez de ne pas retourner sur le chantier. Si l’employeur prend les précautions suffisantes et obligatoires (respect des gestes barrière et des distances de sécurité, regroupements interdits, gel et mouchoirs à disposition), il vous sera difficile de défendre votre refus de travailler devant un tribunal par la simple peur d’être contaminé.

► Un couple, travaillant dans une même société, peut-il se mettre en arrêt l’un pour santé fragile et l’autre pour garder les enfants ?

♦ Tout à fait. Un membre du couple peut être considéré « à risque » (personnes enceintes, souffrant de maladies chroniques ou d’insuffisances cardiaques, âgées, immunodéprimées ou fragiles… la liste complète est sur www.ameli.fr), sans que l’autre conjoint puisse utiliser cette justification. Une personne à risque n’est pas tenue de garder les enfants, justement du fait de ces « risques ». Son ou sa conjointe pourra donc demander à ne pas se déplacer sur son lieu de travail pour garder les enfants.

► Mon patron m’a imposé une semaine de congé, mais la semaine d’avant j’ai été mis en arrêt maladie pour 15 jours car dépisté du Covid-19. Du coup, ma semaine va-t-elle être comptée en congés ou en maladie ?

♦ Les personnes guéries du coronavirus sont autorisées à retourner travailler après la levée de l’isolement strict, 8 jours après l’apparition des premiers symptômes. D’après votre question, je comprends que vous avez respecté cette durée de confinement obligatoire, en arrêt maladie. Au-delà de ces 8 jours, vous pouvez retourner travailler, vous n’êtes plus considéré comme « malade ». Il n’y a donc aucune raison que vous bénéficiez d’un arrêt maladie : votre semaine sera comptée en congés.

► Ai-je le droit d’aller au travail à vélo ?

♦ Le vélo peut être utilisé pour se rendre au travail. Il faut cependant être en possession d’un justificatif de déplacement professionnel ou de l’attestation de déplacement dérogatoire et cocher la case « déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle », s’il n’est pas possible d’exercer en télétravail. La pratique du vélo est aussi possible pour faire ses courses ou pour les enfants accompagnés par un adulte à pied dans la limite d’une heure par jour et dans un rayon d’un kilomètre autour du domicile. En revanche, faire du vélo dans le cadre de ses loisirs est proscrit.

► Je travaille dans un magasin alimentaire et je vis avec ma mère qui est diabétique de type 1. Dois-je m’arrêter ?

♦ Le Haut conseil de la santé publique considère que les diabétiques font partie des personnes risquant de développer une forme grave d’infection au Covid-19. Il invite à une vigilance particulière et au respect des gestes barrières, y compris avec ses proches, surtout s’ils sont à risque.

Pour le secteur de la grande distribution, le gouvernement préconise les bonnes pratiques suivantes : mettre à disposition du savon et/ou du gel hydroalcoolique en quantité suffisante pour que les salariés puissent régulièrement se nettoyer les mains ; ouvrir une caisse sur deux et demander aux clients de passer par une travée vide avant de récupérer leurs achats où ils ont été scannés par le caissier ; mettre en place des parois de plexiglas au niveau des postes de caisse pour protéger les caissiers dès lors que la mesure de distanciation ne peut être tenue avec le client.

L’employeur est responsable de la sécurité et de la santé de son salarié. Ce dernier peut exercer son droit de retrait si la situation de travail présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé, comme une absence d’équipements de protection individuelle ou collective ou s’il constate une défectuosité dans les systèmes de protection. Il doit en informer son employeur ou un représentant du personnel.

Puis-je aller chercher une collègue qui n’a pas le permis à 15 km de mon domicile, pour se rendre ensemble à notre travail ?

♦ Oui, si votre collègue n’a pas d’autres solutions de transport, elle peut faire appel à vous pour l’emmener au travail. Cela rentre dans les déplacements autorisés par le ministère de l’intérieur. Cependant, chaque passager doit être muni d’une attestation sur l’honneur de déplacement dérogatoire dûment remplie. Et n’oubliez pas de vous munir de votre dérogation de déplacement professionnel.

► Je travaille actuellement dans une société d’élagage et mon patron veut nous envoyer en déplacement 15 jours dans une autre région. A-t-il le droit de le faire actuellement ?

♦ En théorie, oui. Les ordonnances et décrets pris par le gouvernement autorisent les déplacements professionnels dans le cas où ceux-ci ne peuvent pas être différés et sont indispensables à l’exercice d’une activité professionnelle de première nécessité. C’est par exemple le cas s’il s’agit d’aller élaguer des arbres qui menacent des lignes électriques. Votre patron doit par contre prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir votre sécurité et votre santé et vous fournir une attestation de déplacement professionnel.

→ READ. Coronavirus : les primes pour les salariés mobilisés pourront être différenciées

► Mon mari a pris l’arrêt de travail pour s’occuper des enfants. Mes employeurs CESU me proposent le chômage partiel. Peut-on cumuler dans le couple un arrêt de travail et un chômage partiel tout en sachant que l’entreprise de mon mari continue de travailler ?

♦ La législation n’est pas très claire sur ce point, mais en résumé si votre chômage partiel correspond à une interruption complète de votre activité, c’est-à-dire si vous n’allez plus du tout travailler, votre mari ne pourra pas renouveler son arrêt de travail pour garde d’enfants. Si vous continuez tous les deux à avoir une activité réduite, l’un des deux peut par contre demander l’arrêt pour garde d’enfant, à condition bien évidemment que son activité ne soit pas « télétravaillable ».

► Je suis actuellement en situation de chômage partiel. J’ai répondu à une offre d’emploi en dehors de mon département. Ai-je le droit de m’y rendre ?

♦ Vous avez le droit de cumuler deux emplois, celui pour lequel vous êtes en chômage partiel et un autre, si votre premier contrat de travail ne prévoit pas de clause s’y opposant (clause de non-concurrence ou exclusivité par exemple) et à condition de prévenir l’employeur qui vous a mis au chômage partiel.

Concernant le déplacement, c’est à votre nouvelle entreprise (celle qui vous embauche) de vous fournir une attestation de déplacement, spécifiant que votre déplacement ne peut pas être différé et est indispensable à l’exercice d’une activité professionnelle de première nécessité. Attention, le déplacement doit vraiment être lié à une activité indispensable, comme les récoltes agricoles.

► Peut-on me forcer à prendre des congés payés/RTT ?

♦ Oui. Pour faire face aux difficultés liées à l’épidémie de coronavirus, le droit du travail en la matière a été provisoirement assoupli. De ce fait, votre employeur peut vous imposer de prendre des congés payés ou de décaler la date de congés déjà prévus. Il peut le faire en ne vous prévenant qu’un jour à l’avance. Mais il y a plusieurs conditions à cela : que cette possibilité soit prévue par un accord de branche ou un accord d’entreprise, négocié avec les représentants du personnel ou validé à la majorité des salariés, et que le nombre de jours de congé concernés soit de 6 maximum.

Même chose pour les RTT : l’employeur peut provisoirement imposer la pose de jours de RTT déjà acquis, ou en modifier la date, et en ne vous en prévenant qu’un jour à l’avance. Cette mesure doit être cependant justifiée par l’intérêt de l’entreprise et le nombre de jours concernés est limité à dix.

► Je suis intérimaire, en contrat jusqu’à fin avril et j’ai un enfant. Ai-je le droit de me confiner jusqu’au 15 avril ? Quelles sont les conséquences financières pour moi ?

♦ Tout dépend de si votre emploi est « télétravaillable » ou non. Si vous pouvez télétravailler, vous devez rester chez vous tout en continuant votre activité et vous percevrez alors votre salaire d’intérim comme prévu.

Si votre travail n’est pas réalisable à distance, vous pouvez demander un arrêt de travail pour garde d’enfants à votre agence d’intérim. Attention, un seul parent à la fois peut bénéficier d’un tel arrêt, et pour une durée maximale de 21 jours renouvelable. C’est à l’employeur mentionné sur le contrat de travail de faire la déclaration d’arrêt de travail. La rémunération perçue sera équivalente à celle en arrêt maladie, mais le délai de carence est supprimé.

Bon à savoir : l’entreprise ne peut pas rompre votre mission d’intérim sur la seule raison de l’épidémie de coronavirus, mais elle peut le faire pour « faute grave », si par exemple vous décidez de ne plus aller au travail sans justificatif. Votre agence d’intérim peut, par contre, rompre votre mission auprès de cette entreprise et vous en proposer une nouvelle de même durée.

► Étant femme de ménage/employée de maison puis-je continuer à travailler et intervenir chez mes employeurs ?

♦ Tout dépend de votre situation et de celle de vos employeurs. Si vous êtes touchée par le Covid-19, il faut bien sûr rester chez vous et vous bénéficierez d’un arrêt maladie. Si vous n’êtes pas malade mais que vous êtes considérée comme une personne à risque de complication sévère face au virus, vous pouvez aussi bénéficier d’un arrêt maladie.

Si votre employeur est touché par le Covid-19, il ne doit pas vous faire venir. Même chose s’il est considéré à risque face au virus. Dans ce cas, il est fortement incité par les pouvoirs publics à maintenir votre rémunération, même si vous n’effectuez pas vos heures. Il sera indemnisé pour cela.

Si vous n’êtes ni malade, ni à risque, et vos employeurs non plus, il n’y a pas de raison de ne pas aller travailler dans la mesure où les gestes barrière (possibilité de se laver les mains et de respecter les distances de sécurité) sont mis en œuvre.

► Je travaille pour une mairie, ma fonction est de m’occuper des espaces verts. Est-ce que mon travail est vraiment indispensable en période d’épidémie ? Ne dois-je pas être confiné aussi ?

♦ Pour le moment, le fait de savoir si votre travail est « indispensable » ou non n’est pas le critère pour juger de la continuité ou non de votre activité. Sachant que votre métier ne peut s’exercer à distance, vous êtes censé vous rendre à votre travail. Et ce, sauf si vous êtes malade, si vous êtes considéré comme une personne à risque face au Covid-19, si vous devez garder un enfant de moins de 16 ans déscolarisé ou s’il est avéré que vous ne pouvez pas appliquer les gestes barrière sur votre lieu de travail.

J’habite en France et je dois récupérer mon salaire en Suisse. Is it possible ?

Pour éviter la propagation du virus, les autorités suisses ont rétabli les contrôles aux frontières françaises, allemandes et autrichiennes. L’entrée en Suisse n’est possible que pour les citoyens suisses et les étrangers pouvant justifier d’un permis de séjour ou d’un permis de travail. Ainsi, si vous devez traverser la frontière pour récupérer votre salaire, vous en avez le droit mais vous devrez être muni d’une attestation de votre employeur et de votre permis de travail. Au retour, vous devrez prouver que vous résidez en France.

► Mon fils travaille dans une entreprise de menuiserie. Son patron ne veut pas fermer. En a-t-il le droit ?

Oui, si l’entreprise ne reçoit pas le grand public. L’employeur a toutefois l’obligation de prendre des mesures d’hygiène et de sécurité pour assurer la santé de ses salariés (désinfectant pour les mains, respect d’une distance d’un mètre entre les postes de travail, etc.) Il doit aussi fournir au salarié un justificatif de déplacement professionnel pour le trajet entre le domicile et le travail, qui certifie que sa présence sur le lieu de travail est indispensable.

Informations à jour au 23/03/2020. Des modifications peuvent avoir été apportées par le gouvernement depuis.

Notre responsable peut-il nous obliger à venir au travail même si le confinement est déclaré ?

Oui, même si cela dépend de votre situation personnelle et du travail que vous exercez.

Le télétravail avant tout. Si votre poste est « télétravaillable », vous devez demander cette solution à votre employeur. Si celui-ci refuse le télétravail, ce refus doit être motivé pour que vous puissiez ensuite faire un recours devant l’inspection du travail. Mais en attendant, vous devez vous rendre au travail même si votre activité n’est pas « essentielle ». Votre employeur doit par ailleurs vous fournir une attestation dérogatoire de déplacement.

Établissements fermés au public. Si votre emploi n’est pas réalisable en télétravail, tout dépend de votre entreprise. Les établissements accueillant du public doivent être fermés au public jusqu’au 15 avril, à l’exception de ceux listés dans l’annexe de l’arrêté du 14 mars 2020 (supermarchés, hôtels, stations-service, blanchisseries, garagistes, services funéraires etc.) Si votre employeur est concerné et refuse de fermer son accueil au public malgré tout, vous pouvez le signaler à l’inspection du travail mais vous devez continuer à vous rendre au travail en attendant.

Établissements ouverts malgré l’épidémie. Si vous travaillez pour un établissement ouvert malgré la pandémie de coronavirus, votre employeur a l’obligation d’assurer votre sécurité face au risque sanitaire, avec la mise en place d’une zone de courtoisie, d’écran de séparation du public, de désinfectants, etc.

Vous ne pouvez exercer votre droit de retrait qu’en l’absence constatée de ces mesures de sécurité. Vous devez alors prévenir par écrit votre employeur, l’inspection du travail et, s’il y en a dans votre entreprise, votre CSE. Attention, la pandémie à elle seule ne justifie par le droit de retrait et les litiges se régleront au tribunal.

Pour les personnes fragiles. Si vous êtes considéré comme une personne à risque (femmes enceintes, personnes immunodéprimées, diabétiques insulinodépendants etc.) et que vous ne pouvez pas télétravailler, vous devez vous mettre en arrêt de travail. La liste des personnes concernées et la procédure en ligne sont détaillées sur le site du ministère de la santé.

Pour les parents d’enfants de moins de 16 ans sans solution de garde. Si votre emploi peut s’effectuer en télétravail, cette solution est à privilégier avec des aménagements d’horaires. Si ce n’est pas possible, votre employeur doit vous signaler en arrêt de travail auprès de l’assurance maladie.

Informations à jour au 23/03/2020. Des modifications peuvent avoir été apportées par le gouvernement depuis.

► Je travaille en semaine à Bruxelles et vis normalement à Paris chez mes parents le we. Mon entreprise m’a mise en télétravail. Puis-je quitter Paris (après 12h) pour aller en Bretagne rejoindre un de mes frères ? “

♦ Nous ne sommes pas sûrs d’avoir bien compris votre question, mais tous les déplacements sont interdits à moins d’un des motifs dérogatoires qui permettent de faire une attestation (aller faire ses courses, se rendre au travail, aller chez le médecin, promener son chien etc.) Comme vous télétravaillez, il n’y a pas de raisons que vous vous rendiez en Bretagne. Une exception est prévue pour « motif familial impérieux » dans le cadre de l’aide dont ont besoin les personnes vulnérables. Si votre frère n’a pas besoin de votre aide pour faire ses courses ou pour son quotidien, vous devez rester chez vous.

► Mon employeur me dit que le télétravail n’est pas possible. Mais j’habite chez ma grand-mère âgée de 89 ans. Je ne suis pas allée travailler ce matin. Vais-je être licenciée ?

♦ Vous prenez effectivement un risque en ne vous rendant pas à votre travail. Pour le moment, il n’y a que trois cas de figure qui vous permettent de ne pas aller travailler, si vous n’êtes pas malade : devoir garder un enfant de moins de 16 ans qui n’est plus scolarisé ; souffrir d’une des maladies chroniques listées par le Haut conseil de la santé publique qui rend vulnérables face au Covid-19 ou exercer son droit de retrait.

→ MAINTENANCE. Droit de retrait : « Il faut du dialogue et de la pédagogie »

Ce dernier doit cependant être utilisé avec précaution : il faut apporter la preuve que votre employeur n’a pas mis en œuvre une organisation du travail qui permette d’appliquer les gestes barrière (lavage des mains fréquent, distanciation entre les salariés, etc) et que votre santé – et non celle de votre entourage – est ainsi en danger de manière « grave » and « imminente ».

Je suis une personne « fragile » et sous traitement, suis-je obligée de continuer à travailler ?

Si vous pouvez travailler chez vous en télétravail, rien n’empêche votre employeur de vous demander de continuer à travailler.

Dans le cas contraire, vous pouvez bénéficier d’un arrêt de travail. Pour cela, il faut être considérée comme une personne à risque face au Covid-19. La liste des personnes vulnérables a été établie par le haut conseil de la santé publique dans un avis rendu le 14 mars dernier. Il s’agit notamment des personnes atteintes d’une affection de longue durée (insuffisance rénale chronique dialysée, cirrhose au stade B, hypertension artérielle, diabétiques insulinodépendants, etc.).

La procédure à suivre : s’enregistrer sur le site de l’assurance maladie declare.ameli.fr. Un arrêt de travail sera alors établi par l’assurance maladie si votre maladie a bien été répertoriée par le haut conseil à la santé publique. Une fois l’arrêt de travail établi, la caisse vous adressera par mail ou courrier, l’avis d’arrêt de travail (de 21 jours maximum, renouvelable) que vous devrez transmettre à votre employeur. Cette procédure s’applique également aux femmes enceintes.

VIE PROFESSIONNELLE : EMPLOYEURS OU INDÉPENDANTS

J’ai besoin de mettre entre parenthèses mes activités de travailleur indépendant pour pouvoir garder mes enfants, privés d’école en raison du confinement. Comment dois-je procéder ?

♦ Il suffit de se rendre sur le téléservice declare.ameli.fr et d’y effectuer sa déclaration dans la partie employeur. Vous renseignez uniquement votre nom, puisque vous n’employez pas de salarié. La Sécurité sociale se charge de calculer le montant de vos indemnités journalières en se basant sur le montant moyen de vos revenus, une information que lui fournissent directement les services de l’Urssaf. L’arrêt peut porter sur une durée de 1 à 21 jours.

► Pendant le confinement, peut-on obliger un salarié à prendre ses congés paternité et de naissance lors de sa période de chômage partiel ?

♦ Non. L’employeur ne peut pas obliger un salarié à utiliser ses congés paternité et de naissance, même pendant une période de chômage partiel. Les congés paternité sont pris à l’initiative unique du salarié, qui doit informer un mois à l’avance son employeur de sa décision, éventuellement avant la naissance de l’enfant. Cette demande peut être faite par écrit ou par oral (sauf dispositions conventionnelles particulières) et doit mentionner la date de début et la date de fin du congé.

► Je suis couturière professionnelle, j’ai des demandes de masques, ai-je le droit avec mon numéro de Siret de me déplacer pour acheter des fournitures ?

♦ Oui ! Dans le cadre du confinement, la plupart des déplacements sont interdits, avec plusieurs exceptions : les « déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité » sont par exemple autorisés. Vous n’aurez cependant pas besoin de votre numéro de Siret : un « justificatif de déplacement professionnel » est disponible sur le site du gouvernement, où vous devrez indiquer la nature de l’activité professionnelle, la durée de validité du présent justificatif (il ne sera pas nécessaire de le renouveler quotidiennement), et enfin apposer le cachet de l’employeur.

► J’ai 80 ans et suis une personne à risque (diabète). Puis-je demander à ma femme de ménage de rester chez elle ? Quelle démarche dois-je faire ?

♦ Oui, vous pouvez demander à votre femme de ménage de ne pas venir travailler. Si vous passez par un prestataire, faites-lui savoir que vous souhaitez interrompre la prestation. Il se chargera de décider ou non de mettre l’employé en chômage technique. Vous n’aurez donc pas besoin de rompre votre contrat ni de payer le service. « Nous n’allons pas forcer la continuité des prestations. (…) Si vous ne souhaitez plus d’interventions, nous les annulerons sans pénalité », explique par exemple, la société de services à domicile O2, dans un mail envoyé à ses clients.

Si vous employez directement votre femme de ménage, la Fédération des particuliers employeurs de France (Fepem) explique que pour l’instant, le mode de fonctionnement n’a pas encore été clairement précisé : « Pour le moment, nous ne pouvons confirmer que le système d’indemnisation spécifique annoncé par la ministre du Travail sera applicable dans ce cas précis. “ So, la Fepem conseille de maintenir le salaire de votre employé plutôt que de rompre ou suspendre le contrat, ce qui risque de fortement le pénaliser.

Peut-on continuer à employer les personnes en chèque emploi service à domicile ?

Vous pouvez continuer à employer les personnes en chèque emploi service universel (Cesu) à domicile (femme de ménage, nounou…). Cependant, si votre employé ne souhaite plus venir travailler à cause du coronavirus, vous ne pouvez pas l’exiger. « Si vous l’infectez, votre responsabilité pourra être engagée », souligne la Fédération des particuliers employeurs de France (Fepem). Vous êtes en droit de ne pas maintenir son salaire, mais le gouvernement vous invite à ne pas rompre le contrat et à continuer de le payer. « Nous invitons les particuliers employeurs qui le peuvent à déclarer et à verser l’intégralité de la rémunération du mois de mars à leur salarié, même si toutes les heures déclarées n’ont pas été travaillées », peut-on lire sur le site du Cesu.

► Peut-on continuer à utiliser les chèques emploi service pour les employés et aides à domicile ?

♦ Les salariés qui gardent les enfants ou viennent en aide aux personnes vulnérables sont autorisés à se déplacer dans le cadre du confinement, à condition de respecter les gestes barrières. Pour les particuliers utilisant le chèque emploi service universel (Cesu), l’Urssaf indique que « les employeurs qui le peuvent sont invités à verser l’intégralité de la rémunération du mois de mars à leur salarié à domicile, même si le salarié n’a pas travaillé la totalité des heures prévues

S’agissant des heures prévues et non travaillées, une mesure exceptionnelle d’accompagnement est prévue pour la déclaration du mois de mars : l’employeur complétera un formulaire d’indemnisation spécifique (qui sera bientôt accessible depuis le site Cesu) en indiquant le nombre d’heures correspondant. Le Cesu lui communiquera dans un deuxième temps la somme à verser au salarié, soit 80 % du montant net de la rémunération des heures non réalisées. Pour le salarié, cette indemnisation ne sera pas soumise à prélèvements sociaux mais devra figurer sur sa déclaration d’impôt sur les revenus l’an prochain. L’employeur sera à terme remboursé de ce montant.

L’Urssaf recommande aux particuliers employeurs d’attendre la mise à disposition du formulaire d’indemnisation exceptionnelle pour procéder à leur déclaration du mois de mars.

ÉTUDIANTS

► Je suis étudiante. Je suis rentrée chez mes parents pour le confinement mais j’ai laissé mes cours à mon lieu d’études. Je vais avoir mes partiels bientôt sur Internet. Est-il possible d’aller chercher mes livres et leçons, à deux heures de chez mes parents, afin de réviser un maximum ? Que dois-je mettre sur l’attestation ?

Oui, cochez la première case sur l’attestation de déplacement dérogatoire, relative aux « déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle ».

Je suis coincée chez mes parents en Bretagne en raison du confinement. Mais je dois absolument rentrer chez moi dans l’Est pour reprendre mes cours car il n’y a ni ordinateur ni Internet dans ma famille. Est-ce que j’ai le droit ?

Les déplacements ne correspondant à aucun motif figurant sur l’attestation de déplacement dérogatoire fournie par le ministère de l’intérieur, sont interdits. Vous ne pouvez donc pas rentrer chez vous. Pour régler votre problème, essayez d’emprunter un ordinateur ou une tablette et de vous rapprocher d’un fournisseur Internet. Vous pourriez éventuellement recourir à une clé 4 G.

→ Coronavirus : posez vos questions sur notre formulaire

RENDEZ-VOUS MÉDICAUX ET TRAITEMENTS

► J’ai quelques signes associés au coronavirus : toux, perte de goût et fatigue. J’ai entendu dire qu’il était possible de faire un auto-diagnostic. Qu’en est-il ?

♦ En cas de symptômes, les consignes sont claires : appelez votre médecin traitant ou contactez un médecin pour une téléconsultation, restez chez vous et isolez-vous. Si les symptômes s’aggravent (difficultés à respirer, malaise, forte toux, fièvre), appelez le 15.
Fin mars, l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) a par ailleurs mis en garde contre l’automédication et rappelé tous les effets indésirables graves que les traitements expérimentaux contre le coronavirus pouvaient générer. Ainsi, ne prenez aucun traitement sans prescription de votre médecin.

Mon conjoint, ma fille et moi-même sommes actuellement confinés chez mes parents. Je suis enceinte de six mois et, pour des raisons médicales, je dois absolument rentrer en avion à mon domicile. Ma famille peut-elle m’accompagner ?

♦ Il est important de limiter au maximum les déplacements des personnes. Si vous ressentez un besoin impératif d’être accompagnée, étant enceinte de 6 mois, un seul adulte peut effectuer le trajet à vos côtés. Cette personne doit cocher la case « Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants » sur l’attestation de déplacement dérogatoire. Quant à vous, précisez sur l’attestation que vous vous déplacez pour « Consultations et soins » (case 3).

► Ma mère vient d’être hospitalisée suite à une fracture du col du fémur à Strasbourg. J’habite à Cannes. Puis-je avoir une dérogation pour me rapprocher d’elle ?

♦ Non, les visites dans les hôpitaux, établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes et unités de soins longue durée ont été suspendues. Pour rappel, les déplacements sont à limiter et la région Grand Est compte parmi les plus importants foyers de l’épidémie de Covid-19 en France.

► Je suis Français résidant à Bruxelles. Mon médecin traitant est à Valenciennes. Quelles sont les modalités me permettant de passer la frontière afin d’aller en consultation ?

♦ La frontière franco-belge est fermée en raison du coronavirus. Mais les cabinets de médecine restent ouverts et il est possible de consulter son médecin pour motif de santé, en cochant la case « consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés ; consultations et soins des patients atteints d’une affection de longue durée » sur l’attestation de déplacement dérogatoire.

Contactez votre médecin en amont afin de savoir si votre rendez-vous est maintenu. Si possible, privilégiez une consultation par téléphone ou une téléconsultation. Certains spécialistes de santé soulignent néanmoins que ces méthodes ne sont pas satisfaisantes pour diagnostiquer et soigner toutes les pathologies.

► J’ai un RDV médical de longue date. Dois-je me rendre à ma visite annuelle chez mon cardiologue à l’hôpital de Martigues ?

Les déplacements pour motif de santé sont autorisés (avec attestation). Cependant, contactez votre médecin spécialiste en amont afin de savoir si votre rendez-vous est maintenu. Les personnels hospitaliers étant amenés à être mobilisés pour la prise en charge des urgences, il se peut qu’il ait annulé tous ses rendez-vous.

► J’ai rendez-vous avec des médecins au sujet de mon mari, dans le coma depuis deux mois. Or j’ai 100 km à faire pour m’y rendre. Puis-je m’y rendre à la suite de la procédure mise en place par le gouvernement ?

Se déplacer pour « motifs familiaux impérieux » or « assistance à personne vulnérable » afin d’aider un proche dépendant est possible (avec attestation). Sur son site Internet, le ministère de l’intérieur précise également qu’on peut se déplacer, muni d’une attestation, pour « se rendre auprès d’un professionnel de santé ». Aucun justificatif ne vous sera demandé. Pensez tout de même à vérifier auprès de l’hôpital si le rendez-vous est maintenu.

En cas d’allergie au paracétamol, que prendre comme molécule si j’ai de la fièvre, sachant que l’ibuprofène et l’aspirine sont déconseillés.

En cas de fièvre, le ministère de la santé recommande l’usage du paracétamol et déconseille formellement la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (Ibuprofène, aspirine…), pouvant aggraver l’infection par le virus. Si vous êtes allergique au paracétamol, il est conseillé de s’aérer, de se découvrir ou de se rafraîchir. Because la fièvre n’est pas dangereuse, c’est un mécanisme naturel qui permet à l’organisme d’agir contre les virus.

En cas de doute, contactez votre médecin. Pour connaître l’ensemble des informations et recommandations concernant le nouveau coronavirus par téléphone, vous pouvez aussi appeler le 0 800 130 000 tous les jours de 9 heures à 19 heures.

► En Allemagne, on a d’abord présenté la demande française de cesser d’utiliser de l’ibuprofène comme une fausse information, avant de nuancer un peu. Why ?

Samedi 14 mars, le ministre de la santé Olivier Véran demandait aux Français de ne pas prendre d’anti-inflammatoires (ibuprofène, cortisone…) en cas de fièvre, au risque d’aggraver l’infection. Il est vrai que des pays tels que le Portugal, l’Espagne ou encore l’Autriche ont dernièrement publié des communiqués indiquant qu’il n’existe pas de preuve dans ce sens.S’il y a deux positions au sein de l’Union européenne à ce sujet, c’est parce qu’il n’y a pas à ce jour encore d’étude validée confirmant que l’ibuprofène dégrade l’état de santé du patient atteint de Covid-19. La France s’appuie sur les retours de la part de professionnels de santé et d’experts et déconseille la prise d’anti-inflammatoire, par mesure de précaution. Une position soutenue par l’Organisation mondiale de la santé selon l’agence de presse allemande DPA : « L’Organisation mondiale de la santé (OMS) conseille aux personnes soupçonnées d’être infectées par le nouveau coronavirus de ne pas prendre le médicament ibuprofène sans avis médical ».

► Quels risques pour une femme enceinte de 7 mois et demi ?

♦ Pour le moment, aucunes données ne prouvent que le virus soit particulièrement dangereux pour les femmes enceintes. Pour éviter toute contamination, celles-ci doivent respecter les mêmes gestes barrières que le reste de la population.

Concernant la transmission du virus de la mère au fœtus, une étude chinoise publiée dans la revue The Lancet, affirme qu’il n’y a aucune preuve de transmission intra-utérine chez les femmes atteintes de Covid-19 en fin de grossesse. « Il n’y a pas de risque ni de malformation, ni d’anomalie du développement de l’enfant liée à ce coronavirus », explique également dans une vidéo, le professeur Yves Ville, chef du service d’obstétrique et de médecine fœtale de l’hôpital Necker-Enfants malades.

J’ai un rendez-vous pour un IRM dans une clinique, dans le cadre d’un suivi de cancer. Mon épouse a-t-elle le droit de m’y conduire ? Nous serions deux dans la voiture.

Oui, votre femme peut vous conduire à votre rendez-vous médical. Cependant, chaque personne doit être munie de son attestation de déplacement dérogatoire. En ce qui vous concerne, vous devez cocher la case « consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés ». La conductrice, elle, doit cocher la case « assistance aux personnes vulnérables ». Contacté, le ministère de l’intérieur vous conseille également de vous tenir à distance l’un de l’autre dans la voiture : « Une personne à l’arrière et une personne à l’avant ».

ENTRAIDE

► Peut-on sortir pour remettre des masques cousus maison à nos connaissances ?

♦ Si vous fabriquez des masques et que vous souhaitez en offrir, il convient de passer par la plateforme numérique de l’Association de normalisation (Afnor). Depuis le 8 avril dernier, l’Afnor facilite les échanges entre les fabricants, particuliers ou professionnels, et les demandeurs de masques en tissu, via l’adresse suivante : masques-barrières.afnor.org
Le chef d’État, Emmanuel Macron, a par ailleurs indiqué, à l’occasion de son allocution du 13 avril, vouloir généraliser le port d’un « masque grand public », à partir du 11 mai.

Dans cette situation de crise, j’aimerais aider, mais comment faire ? Où s’adresser de manière fiable ?

♦ Si en cette période de confinement vous souhaitez vous rendre utile et aider les plus vulnérables, vous pouvez vous rendre sur la plateforme Jeveuxaider.gouv.fr. Cette « réserve civique » lancée par le gouvernement permet aux structures (associations, CCAS, Maison départementale des personnes handicapées, collectivités, opérateurs publics, etc.) de faire état de leurs besoins de renforts durant l’épidémie. Ainsi, vous trouverez facilement des demandes de bénévolat en fonction de votre ville.

D’autres plateformes d’entraide existent également comme Allovoisins, MesVoisins.fr ou encore Voisins solidaires. Celles-ci permettent de faciliter la mise en relation entre voisins. Vous pouvez aussi simplement vous proposer dans votre immeuble ou dans votre quartier et aider des personnes âgées en allant faire leurs courses. Enfin, l’Établissement français du sang (EFS) a également lancé un appel au don.
→ READ. Réserve civique : « On peut participer à des missions bénévoles de chez soi »

► Ma fille travaille en Ehpad et me demande de venir garder son fils pendant ses heures de travail. Puis-je le faire sachant que là-bas, chez elle, je resterai confiné ?

♦ Oui. En principe, vous ne devez pas changer de lieu de confinement : toutefois, si vous devez garder des enfants, vous pouvez vous déplacer avec de votre attestation dérogatoire de déplacement remplie et de votre pièce d’identité. Cette mesure d’exception s’applique également dans la situation où la location de votre lieu de confinement originel arrive à sa fin, ou si vous vous déplacez pour assurer la protection de personnes vulnérables ou d’animaux.

DÉMÉNAGEMENT

► Je viens d’acquérir un nouveau logement à 15 kilomètres de mon domicile actuel. Puis-je me déplacer pour petits travaux en étant seul ?

♦ En période de confinement, vous ne pouvez pas vous déplacer pour faire des travaux dans votre nouveau logement, même seul. En effet, les déplacements ne correspondant à aucun motif figurant sur l’attestation de déplacement dérogatoire fournie par le ministère de l’intérieur sont interdits. Le but étant d’éviter toute propagation du virus. Faire des travaux chez soi est également déconseillé car il est nécessaire d’éviter les accidents domestiques pouvant surcharger les services hospitaliers et les urgences.

► Comment cela se passe si on a un déménagement à faire ?

♦ Si l’attestation que chacun doit remplir avant de sortir de chez soi ne mentionne pas ce cas spécifique, il est pourtant possible de déménager. « Il faut faire une attestation sur l’honneur expliquant que c’est un déménagement à telle date et à telle adresse », explique le ministère de l’intérieur.

Cependant, ces déménagements doivent être « limités aux besoins stricts ». Autrement dit, si votre date de départ ou d’arrivée est non négociable, vous pouvez maintenir le déménagement. Dans les autres cas, il est conseillé de le reprogrammer à plus tard. As a reminder, la trêve hivernale a été prolongée de deux mois, jusqu’au 31 mai 2020. Ainsi, aucune expulsion de locataire ne peut être réalisée d’ici là.

SERVICES PUBLICS

► Peut-on dénoncer une personne qui ne respecte pas le confinement ?

Contactée via sa plateforme de tchat en ligne, la police nationale signale qu’il est possible de dénoncer une personne qui ne respecte pas le confinement « en se rendant dans les services de police ou en gendarmerie ». Pour cela, il faut se munir de l’attestation de déplacement dérogatoire en cochant la case « convocation judiciaire ou administrative ». Le 17 doit être réservé aux appels d’urgence. Dénoncer un voisin n’en fait pas partie.

Les préfectures sont-elles ouvertes au public ?

Depuis le début du confinement, les préfectures ont considérablement restreint l’accueil au public. Selon le ministère de l’intérieur, certaines d’entre elles restent cependant ouvertes au public, en cas d’urgence. Dans tous les cas, votre préfecture reste joignable par mail ou téléphone mais si votre requête n’est pas pressante, il est préférable de ne pas surcharger les lignes. Pour savoir si votre préfecture est ouverte, vous pouvez consulter son site Internet.

Les bureaux de poste sont-ils fermés ? Où le courrier sera-t-il distribué normalement ?

Malgré le confinement et la fermeture des lieux publics, La Poste a indiqué maintenir la continuité de ses activités. « Face à la situation sanitaire inédite, La Poste se mobilise pour assurer la continuité de ses missions de service public, notamment la distribution du courrier, des colis et de la presse, tout en préservant la santé de ses clients et des postiers. “

Selon La Poste, 80 % des facteurs assurent la distribution du courrier : « l’appareil industriel de la Poste fonctionne normalement », she specifies. L’accueil du public continue à être assuré mais il est restreint. Mardi 17 mars, 1 600 bureaux de poste étaient ouverts (sur 17 000). Cependant, la situation pourrait évoluer : ” En fonction de l’évolution de la situation sanitaire et de l’absentéisme des équipes, des ajustements seront réalisés au jour le jour et les modalités de continuité opérationnelle seront communiquées dans les meilleurs délais », détaille le communiqué.

Selon le syndicat SUD-PTT, qui dénonce «un manque de protection élémentaire», des postiers «ont exercé leur droit de retrait » dans plusieurs villes le 17 mars. LOISIRS

Je suis actuellement en vacances à la montagne, jusqu’à la fin de la semaine. Quand dois-je rejoindre mon domicile ?

Les déplacements devant être limités au strict minimum, s’il vous est possible de prolonger votre séjour le temps du confinement, alors il est préférable de ne pas rejoindre votre domicile. Si vous devez rentrer pour travailler ou si vous ne pouvez absolument pas prolonger votre séjour, vous pouvez cocher la case « déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle » sur votre attestation de déplacement dérogatoire et être muni d’un justificatif de votre employeur.

Est-ce qu’on peut se promener à vélo seul ?

Les déplacements devant être brefs et à proximité du domicile, la pratique du vélo en extérieur est désormais interdite. « Pour tous les cyclistes et VTTistes, un seul message : restez chez vous », ordonnait le 19 mars, le ministère des sports dans un message publié sur Twitter. La Fédération française de cyclisme s’est également exprimée sur le sujet à travers un communiqué : « La pratique du sport cycliste communément admise, n’entre pas dans les conditions prévues au décret et constitue donc une infraction susceptible de verbalisation ». Ainsi, si vous souhaitez vous promener, préférez la marche à pied, à moins d’un 1 km de votre domicile et dans la limite d’une heure quotidienne.

► Je suis un homme âgé et, après une opération, il m’est recommandé de pratiquer la marche. Ma femme et moi aimerions faire quelques randonnées dont les points de départ se situent à une vingtaine de km de chez nous, en respectant les consignes gouvernementales. Avons-nous l’autorisation pour cela ?

Non, faire de la randonnée n’est pas autorisé. S’il est possible de pratiquer une activité physique, celle-ci doit se faire à proximité de votre logement. « Vous pouvez sortir vous dégourdir les jambes à proximité immédiate de chez vous, pour une durée limitée », explique le ministère des sports. Il est en effet nécessaire d’éviter toute propagation du virus. De plus, si par malchance vous vous blessez, cela risquerait de surcharger les urgences. Sur son site, le ministère des sports recense les activités physiques que vous pouvez faire depuis chez vous.

Je suis un particulier et propriétaire d’un petit champ en dehors de l’agglomération, puis-je faucher l’herbe sous mes arbres et planter mes oignons ?

Effectivement, aller faucher l’herbe sous ses arbres ou planter ses oignons ne fait pas partie des dérogations possibles au confinement telles que listées sur le site du ministère de l’intérieur. Tout dépendra, en cas de contrôle, de la façon dont les forces de l’ordre interpréteront les textes, avec plus ou moins de rigueur. Peut-être les gendarmes considèreront-ils que le soin apporté à votre champ peut faire partie de la promenade ou de l’exercice physique quotidien autorisés par les textes. Vous pourrez aussi plaider que vous serez seul dans votre champ, sans risque de contaminer qui que ce soit. Mais nous ne pouvons vous garantir leur magnanimité.

► Je souhaiterais me promener dans une forêt, à proximité, avec mes enfants. Est-ce autorisé ?

Le gouvernement autorise « les sorties indispensables à l’équilibre des enfants ». Sous certaines conditions. Cela doit se faire à proximité du domicile, en respectant les gestes barrières et « en évitant tout rassemblement, notamment avec d’autres familles ou d’autres enfants », a précisé mercredi 18 mars le ministre de l’intérieur Christophe Castaner.

Muni de son attestation, un enfant peut sortir seul (si son âge le permet) ou accompagné de ses parents (un seul parent est préférable). Dans ce dernier cas, les deux parents devront être munis de leur attestation, à laquelle ils auront ajouté les noms et prénoms des enfants.

Le confinement veut-il dire qu’il faut absolument rester à l’intérieur du logement ? J’habite en pleine campagne, plus proche voisin à 400 m. J’ai un sentier qui passe près de chez moi par lequel je peux faire plusieurs kilomètres, toujours en pleine campagne et forêt. Puis-je m’y promener ?

Emmanuel Macron l’a annoncé lundi 16 mars au soir, les déplacements sont interdits dans l’Hexagone, pour une durée a minima de quinze jours. Selon le ministère de l’intérieur, seuls les trajets « nécessaires » sont permis. Pratiquer une activité physique individuelle à proximité du domicile is part of.

On pourra toujours pratiquer une activité physique ou sortir son chien mais chacun devra le faire avec parcimonie “, a effectivement précisé le 17 mars Christophe Castaner. Et à condition cependant d’être muni d’une attestation sur l’honneur justifiant votre déplacement. Dans le cas contraire, vous risquez une amende de 38 €, prochainement portée à 135 €. Si vous souhaitez vous aérer, il faudra être muni d’une attestation, rester à proximité de votre logement et surtout, éviter les contacts.

→ PRATIQUE Confinement : pourquoi il ne faut pas utiliser les attestations numériques

Pour rappel, vous êtes autorisés à aller faire des courses, vous rendre au travail (lorsque le télétravail n’est pas possible), vous rendre chez le médecin, porter assistance aux personnes vulnérables, garder des enfants.

TRANSMISSION DU VIRUS

► Pour régénérer les masques, est-ce possible d’utiliser un fer à repasser qui atteint facilement 60 °C ?

S’il s’agit d’un masque en tissu, lavable et réutilisable, l’Association française de normalisation (Afnor) préconise en effet de repasser le masque pour retirer d’éventuels plis après lavage. Mais au préalable, le masque doit être lavé en machine en cycle coton à 60 degrés après chaque utilisation. Il peut éventuellement être aussi séché à l’aide d’un sèche-cheveux.

En revanche, le masque chirurgical est conçu pour un usage unique et ne peut être réutilisé, indique l’Institut national de recherche et de sécurité. Ce dernier précise aussi qu’« un masque FFP retiré ne doit pas être réutilisé ».

► Dans ce contexte d’épidémie, si nous sommes face à une situation d’urgence, pas nécessairement liée au Covid-19, doit-on toujours prodiguer les gestes de premiers secours, sachant que chacun doit respecter les gestes barrières ?

♦ La protection civile rappelle que, du point de vue du droit français, lorsqu’une personne affronte un péril grave et imminent, qui menace sa vie et son intégrité, le témoin doit intervenir, à la hauteur de ses moyens et de ses compétences, et qu’il peut intervenir sans se mettre lui-même ou autrui en danger. À défaut, il s’agit d’un cas de non-assistance à personne en danger.

Pour la pratique du bouche-à-bouche, la protection civile signale que l’épidémie de Covid-19 est considérée comme une circonstance majeure. Ainsi, le bouche-à-bouche ne peut être réalisé, mettant indirectement en danger la vie du sauveteur.

Porter secours est en revanche toujours possible à condition de s’adapter. Par exemple, en cas de malaise, mettre la personne au repos, l’observer et la questionner avant de demander un avis médical est réalisable en respectant une distance d’un mètre ; en cas de saignement, il est possible de demander à la personne d’arrêter le saignement elle-même, en lui expliquant comment faire. Si elle ne peut le faire, le sauveteur peut quand même lui porter secours ; en cas de brûlure, il est également possible de demander à la personne d’arroser sa brûlure, en fonction de la gravité du cas et du type de brûlure.

► Je suis diabétique donc personne fragile. Puis-je accepter que mon compagnon récupère ses enfants pour la garde alternée et les ramène à la maison ?

♦ Le diabète est en effet, l’une des situations à risque d’infection sévère au Covid-19. « L’élévation permanente de la glycémie peut altérer le système immunitaire et vous rendre plus vulnérable aux maladies infectieuses et à leurs complications », explique la Fédération Française des Diabétiques (FFD). Ainsi, vous devez être particulièrement vigilante pendant ce confinement.

Pour vous protéger, le Haut comité de santé publique (HCSP) recommande de « limiter les contacts avec les enfants âgés de moins de dix ans » and of « veiller à l’application de mesures barrière renforcées par [votre] entourage : lavage des mains toutes les heures, port d’un masque chirurgical dès le début de symptômes ».

Vous et vos proches devez donc être particulièrement à cheval sur les gestes barrière pour éviter toute contamination et complication vous concernant. Il reste préférable que vous ne soyez pas en contact direct avec les enfants de votre compagnon.

Pour plus d’informations consultez le site Covidiab.fr

► Peut-on avoir deux fois le coronavirus ? Est-on immunisé après avoir contracté la maladie ?

♦ En Chine et au Japon, plusieurs personnes auraient été infectées une deuxième fois par le virus. Mais des experts s’accordent à dire que ces malades n’auraient jamais vraiment été guéris. Aucune étude n’a pour le moment prouvé qu’on puisse contracter ou non deux fois le Covid-19. Il convient donc de continuer à respecter le confinement et les gestes barrières. Des chercheurs chinois ont cependant dévoilé des résultats rassurants après une étude effectuée sur des singes exposés au virus. Les macaques, une première fois infectés puis réexposés au virus, n’ont pas développé à nouveau de symptômes. Ces résultats s’ajoutent aux conclusions de chercheurs italiens qui certifiaient la faible mutation du virus et l’efficacité des anticorps fabriqués par l’organisme après une première infection. Une autre étude chinoise a montré que la durée moyenne de l’excrétion virale, c’est-à-dire l’expulsion des particules virales du corps, était de 20 jours chez des survivants du Covid-19.

► Dans le cadre de la mesure du confinement généralisé, les personnes officiellement guéries doivent-elles toujours rester confinées ? Sont-elles maintenant immunisées ?

♦ À ce jour, toute la population, même les personnes guéries du Covid-19 doivent rester confinées. Selon Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, les personnes guéries sont en effet immunisées : « Le virus est trop jeune et dans l’état actuel des études, a priori on est immunisé, on ne peut pas l’avoir deux fois. “ Cependant, le virus pourrait muter et prendre une autre forme. Ainsi, les personnes immunisées de la première souche du virus pourraient très bien le contracter à nouveau, sous sa nouvelle forme. C’est ce qu’il se passe chaque année avec la grippe par exemple.

► D’après SOS médecin je présente les symptômes de la fin de contagion du COVID 19. Depuis le début, je m’occupe de ma fille de 8 ans, puisque je ne me savais pas atteinte. Va-t-elle obligatoirement l’avoir ?

♦ Sans test ni symptômes, difficile de savoir si votre fille a été contaminée. En effet, certaines personnes, bien qu’infectées, peuvent être « porteur sain ». Entrer en contact avec une personne malade ne signifie pas non plus que la transmission du virus est automatique (même si les chances sont élevées).

Pour rappel, la maladie peut se transmettre d’une personne à l’autre par le biais de gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche lorsqu’une personne tousse ou éternue. C’est pourquoi il est important de se tenir à plus d’un mètre d’une personne malade. Ainsi, si vous respectez les gestes barrières et les mesures d’hygiènes, les chances de transmission auprès de votre fille s’amenuisent.

Dans tous les cas, soyez à l’affût de possibles symptômes chez votre fille et contactez votre médecin en cas de doutes.

► Mon chat se promène dans les jardins voisins. Si une personne contaminée le caresse, ramène-t-il le virus à la maison ?

♦ La maladie se transmet principalement par les gouttelettes expulsées par les personnes infectées quand elles toussent, éternuent ou parlent. Ainsi, le risque de voir votre chat emporter avec lui le virus et que vous tombiez malade en le caressant sont extrêmement faibles.

Si vous craignez que votre animal soit infecté et qu’il vous transmette la maladie, voici ce qu’explique l’Organisation mondiale de la santé : « Il y a eu un cas d’infection chez un chien à Hong Kong mais, à ce jour, rien ne prouve que les animaux de compagnie, tels que les chiens ou les chats, peuvent transmettre la COVID-19. “ Un chat a tout de même été identifié comme porteur de la maladie en Belgique, a-t-on appris vendredi 27 mars. Le meilleur moyen de se protéger reste de se laver les mains fréquemment et soigneusement.

► Peut-on être contaminé par les insectes (moustiques/guêpes) ?

♦ Non, pas de risque d’être contaminé par les insectes, car le virus se transmet par voie respiratoire. « Le Covid-19 ne peut pas être transmis par les piqûres de moustiques. VSest un virus respiratoire, la maladie se transmet par les postillons (éternuements, toux) et par le contact de mains non lavées », explique le ministère des solidarités et de la santé. Rien ne prouve à ce jour que le Covid-19 peut être transmis par les moustiques ou par d’autres d’insectes.

► Je nettoie mes tables et plans de travail avec du vinaigre d’alcool pur. Est-ce efficace ?

♦ Selon les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), pour éliminer le virus, les produits ménagers doivent contenir au moins 70 % d’alcool. Ainsi, même si le vinaigre d’alcool (ou vinaigre blanc) a des propriétés nettoyantes et antiseptiques naturelles, il ne peut rien contre le coronavirus.

Selon l’OMS, il existe des désinfectants chimiques qui peuvent tuer le Covid-19 sur les surfaces : « Il s’agit notamment de désinfectants à base d’eau de Javel ou de chlore, de solvants, d’éthanol à 75 %, d’acide peracétique et de chloroforme ». L’eau de Javel semble donc être la meilleure alternative. Cependant attention, la Javel peut provoquer des brûlures et ne doit pas être utilisé sur les denrées alimentaires.

► Combien de temps le virus peut-il rester sur le journal que je reçois chaque matin ?

Si l’on sait que les coronavirus peuvent persister sur les surfaces de quelques heures à plusieurs jours, cela dépend de la surface, de la température ou encore de l’humidité ambiante. Pour l’instant, aucune donnée précise n’existe concernant le temps de survie du virus sur du papier. Dans tous les cas, selon l’Organisation mondiale de la santé, le risque d’être malade en touchant une surface contaminée est très faible, si vous respectez les règles d’hygiène. Car le virus se propage principalement par les contacts humains.

Mais rassurez-vous, si vous recevez votre journal par la Poste, celui-ci est sous enveloppe plastique. Si vous le recevez par portage, votre journal est sans protection, mais des consignes (port de gants entre autres) ont été mises en place au sein des imprimeries et des sociétés de portage.

► Peut-on aérer son logement ? Puis-je passer un peu de temps dans mon jardin ?

♦ À ce jour, si une étude américaine publiée le 17 mars, montre que le virus peut rester trois heures en suspension dans l’air, ces résultats ne concluent pas formellement à une propagation par les voies aériennes car ils doivent encore faire l’objet de travaux complémentaires. « Dans l’état actuel des connaissances, le risque de se contaminer simplement en respirant l’air extérieur, sans contact direct avec une personne qui tousse, est nul », explique auprès de The cross, le docteur Bruno Grandbastien, président de la Société française d’hygiène hospitalière (SF2H). Ainsi, vous ne risquez rien à aérer votre logement et rien ne vous empêche de prendre l’air sur votre jardin.

► Ma compréhension de « porteur sain » est celle d’une personne portant le virus actif en elle sans pour autant être malade. Mais combien de temps ce virus restera actif au sein de cette personne et, lorsque les contacts seront à nouveau autorisés, cette personne ne risque-t-elle pas de contaminer à nouveau ?

Un porteur sain est une personne infectée par le virus mais qui ne présente aucun symptôme. La personne est tout de même touchée par la maladie et peut infecter les autres sans en avoir connaissance. Ainsi en France, 80 % des personnes contaminées par le virus n’ont pas ou peu de symptômes, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Le Covid-19 est un virus qui est asymptomatique ou bénin chez l’immense majorité des Français », a indiqué Olivier Véran, actuel ministre des Solidarités et de la Santé le mardi 10 mars 2020. De quoi compliquer la détection du virus et participer à sa propagation. La durée d’incubation du virus est de 3 à 5 jours mais peut parfois aller jusqu’à deux semaines. Mais dans le cas d’un porteur sain, il y a un risque de contagion, même après la durée d’incubation. Cependant, un porteur sain est moins contagieux qu’une personne présentant des symptômes. « La maladie se propage principalement par les gouttelettes respiratoires expulsées par les personnes qui toussent. Le risque de contracter la Covid-19 au contact d’une personne qui ne présente aucun symptôme est très faible », explique l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

► Peut-on stériliser les masques pour les réutiliser en les mettant dans un four chauffé à plus de 100 °C ?

Réutiliser un masque facial est grandement déconseillé car ceux-ci ont une durée de vie de trois à quatre heures et sont à usage unique. Après chaque sortie, il ne faut pas les manipuler et les jeter directement.

Si vous avez été en contact étroit avec une personne infectée par le nouveau coronavirus ou qui présente une autre infection respiratoire, le devant de votre masque doit être considéré comme contaminé. Vous devez enlever le masque sans toucher sa partie avant et le jeter de manière appropriée », explique l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Une fois retiré, vous devez nettoyer vos mains avec un produit hydroalcoolique, ou à l’eau et au savon.

Cependant, les données d’une étude publiée le 22 mars et réalisée par des chercheurs de la faculté de médecine de Stanford, montrent qu’en cas de pénurie, les masques N95 peuvent être stérilisés sans perte de filtration en les mettant au four à 70° pendant 30 minutes. Attention, l’alcool et la javel ne doivent pas être utilisés car ils détériorent la qualité de filtration du masque. Cependant, rien n’est spécifié sur le nombre de cycles possible.

► Le Covid-19 est-il détruit par la chaleur ? Si oui, à quelle température ?

♦ Dernièrement, une rumeur selon laquelle le virus ne résiste pas à la chaleur et peut être détruit s’il est exposé à des températures de 26 ou 27°, circulait sur les réseaux sociaux. Cette affirmation est fausse. Si les virus n’aiment pas la chaleur, il faut une température bien plus élevée que celles-ci pour les neutraliser.

« On estime que le virus n’est plus viable à partir d’une exposition à 56 °C pendant vingt à trente minutes ou à 65 °C pendant cinq à dix minutes », indique à Release Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon à Paris.

► Quels sont les symptômes évidents du coronavirus ? Comment savoir à qui s’adresser ?

♦ Les symptômes du coronavirus peuvent aller du rhume banal à l’infection pulmonaire sévère, responsable de détresse respiratoire aiguë. Si vous avez des symptômes de type toux et fièvre qui vous font penser au Covid-19, le ministère de l’intérieur préconise de rester à domicile, d’appeler votre médecin (médecin traitant, téléconsultation) ou d’appeler le numéro de permanence de soins de votre région.

Le but ici est de ne pas encombrer la ligne téléphonique du Samu. En revanche, si vos symptômes s’aggravent et que vous avez du mal à respirer et/ou vous avez un malaise, vous devez appeler le 15.

Combien de temps le coronavirus peut-il survivre en dehors d’un organisme humain ?

Sur les surfaces, on ne sait pas avec certitude combien de temps le virus Covid-19 survit. Mais selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) « les études (et les informations préliminaires sur le Covid-19) tendent à montrer que les coronavirus peuvent persister sur les surfaces de quelques heures à plusieurs jours. ” Tout dépend de paramètres tels que le type de surface, la température ou encore l’humidité ambiante.

Une étude américaine provenant du National Institute of Health (NIH) donne des durées plus précises. Selon les chercheurs, le Covid-19 tient quatre heures sur les surfaces en cuivre, 24 heures sur le carton et jusqu’à trois jours sur les plastiques et l’acier inoxydable. Dans l’air, plus précisément dans les aérosols (des microgouttelettes de moins de 5 microns en suspension dans l’air), les particules pourraient survivre jusqu’à trois heures après avoir été projetées. Cependant, les données de cette étude doivent encore faire l’objet de travaux complémentaires.

HÔPITAUX

► Pourquoi les hôpitaux (ou cliniques) privés sont-ils relativement peu sollicités ?

♦ Récemment, les hôpitaux et cliniques privées déploraient le fait de ne pas être sollicités alors que les hôpitaux publics arrivent à saturation dans plusieurs régions. Aujourd’hui, ils accueillent des patients.

En cas de crise sanitaire, ce sont d’abord les hôpitaux publics qui sont sollicités. Ceux-ci ont plus de moyens pour traiter les patients en état grave, car ils disposent d’un service d’urgences et accueillent un siège du Samu. Ce qui exclut de fait, les hôpitaux privés. « Dans les plans de gestion des crises sanitaires, les hôpitaux publics, qui disposent de moyens plus importants et prennent généralement en charge les accidents les plus graves, sont toujours en première ligne, et les cliniques en deuxième ligne », explique Frédéric Valletoux, le président de la Fédération hospitalière de France.

CHIFFRES

► Comment expliquer la faible mortalité en Allemagne ?

En Allemagne, 10 999 cas étaient répertoriés jeudi 19 mars, pour 20 morts. Soit un taux de létalité de 0,18 % contre quelque 4 % en Chine ou en Espagne, 2,9 % en France, voire 8,3 % en Italie. Le taux de mortalité est donc en effet faible en Allemagne, mais il n’y a pas de raison certaine pour l’expliquer.

Cependant, certains critères peuvent nous éclairer. D’abord, le pays a fait beaucoup de tests très tôt, explique le docteur Lothar H. Wieler, président de l’Institut Robert Koch (IRK), lors de la conférence de presse quotidienne de l’organisation le 11 mars : « Depuis le début [de l’épidémie], nous avons systématiquement demandé à nos médecins de tester les gens ». Le pays effectuerait près de 12 000 tests par jour, selon l’IRK.

Ensuite, l’Allemagne dispose d’un meilleur équipement médical que ses voisins européens. Elle dispose de 25 000 lits de soins intensifs avec assistance respiratoire contre 7 000 en France et 5 000 en Italie. Enfin, à l’heure où nous rédigeons cette réponse (le 20 mars 2020, NDLR) l’épidémie n’en est encore qu’à ses débuts dans le pays. Il est probable que dans les prochains jours, l’Allemagne connaisse une vague de nouveaux cas. Ainsi, rien ne garantit qu’elle conservera ce faible taux de mortalité.

► Serait-il possible d’avoir des comparaisons de la situation dans les différents pays en rapportant les chiffres à leur nombre d’habitants ? La situation semble assez grave en Suisse ou au Danemark par exemple

En se basant sur les cas répertoriés en temps réel par le Center for systems science and engineering (CSSE), on peut comparer le nombre d’infecté par le Covid-19 par rapport au nombre d’habitants de chaque pays. So in France par exemple, selon un bilan établit jeudi 19 mars au soir, 9 058 cas de coronavirus étaient recensés pour 66,99 millions d’habitants. C’est donc 0,01 % de la population qui est actuellement concernée.

Dans les pays les plus touchés, le pourcentage s’élève à 0,06 % en Italie (35 713 cas pour 60,48 millions d’habitants), 0,04 % en Espagne (17 395 cas pour 46,66 millions d’habitants), et seulement 0,017 % en Chine (81 155 cas pour 1,386 milliard d’habitants), En Suisse, comme vous le demandiez, ce sont 3 888 cas qui sont recensés pour 8,57 millions d’habitants. Soit, 0,05 % de la population. Au Danemark, le pourcentage de la population touchée par le virus s’élève à 0,02 %. Ainsi, si l’on compare les pourcentages, en termes de ratio personnes infectées/population totale, la situation en Suisse est quasi similaire à celle en Italie ou en Espagne. Même chose pour le Danemark et la France. Rappelons cependant que le nombre de cas recensés ne correspond pas au nombre réel de personnes infectées, les tests n’étant pas systématiques dans certains pays.

→ Coronavirus : posez vos questions sur notre formulaire

MIGRANTS

► Mon épouse et mes enfants (6 et 8 ans) viennent d’obtenir leur visa dans le cadre d’une demande de regroupement familial après quatre années de bataille judiciaire. La décision européenne de fermer les frontières Schengen pour faire face à la crise du coronavirus prendra-t-elle le pas sur la décision de justice ?

A priori, pendant trente jours, personne n’aura le droit d’entrer dans l’espace Schengen à l’exception des ressortissants européens sur le retour. Cependant, cette mesure répondant à une « situation exceptionnelle » n’a pas vocation à s’étendre. Le droit au regroupement familial que vous avez obtenu par décision pourra se concrétiser dès que la limitation à la circulation pour raison sanitaire prendra fin.

→ ANALYSIS. Coronavirus, la Commission européenne affronte l’épineuse question des frontières

« Cela vaut peut-être la peine d’essayer tout de même de les faire venir dès maintenant, puisque cela répond à une décision de justice, l’ambassade doit délivrer les visas », souligne Gérard Sadik, responsable de l’asile à la Cimade, spécialiste du droit des étrangers. Mais alors d’autres questions pratiques se posent dans cette situation hors normes, poursuit cet expert. « Comment dépasser l’impossibilité matérielle d’arriver ou de repartir, alors qu’il n’y aura plus de vols ? Et si vous dépassez cette contrainte, qu’arrivera-t-il à votre arrivée ? Serez-vous placés en zone d’attente le temps du confinement ? It’s a possibility. “

.

26 million masks planned for the end of April

The production of masks continues to gain momentum in France. According to data provided by the Ministry of Economy, on Monday April 27, the production of sanitary masks (surgical and FFP2) is expected to double by the end of May, reaching 20 million units per week.

→ LIVE – Coronavirus: the latest information in France and worldwide

The weekly rate was 3.5 million before the crisis, with only four manufacturers. It could reach 50 million units in October, thanks to the arrival of new French players on the market such as the Breton cellulose manufacturer Brocéliande, specialized in the manufacture of disposable hygiene articles for children and woman, or the Chargeurs group.

Uncertainties are not lifted for the general public

The President of the Republic has set a goal of being self-sufficient in the matter by the end of the year, said Secretary of State for the Economy Agnès Pannier-Runacher, during a press point, Monday April 27. She recalled that “France needs 40 million masks per week for nursing staff and establishments for the elderly”.

The availability of cloth masks for the general public, however, remains unanswered and no one knows if there will be something for everyone, after confinement on May 11. When asked about the subject, the Secretary of State for the Economy did not clearly answer the question.

In an internal document dated April 14, and revealed by the JDD in its April 26 edition, Bercy was quite alarmist. ” This note contains obsolete elements “Agnès Pannier-Runacher said yesterday, highlighting” the considerable increase in volumes produced and imported by the State and companiess “. She also mentioned the announcements that could make in this direction the large distribution in the coming days.

A mask can only be worn for 4 hours

As of April 26, weekly deliveries of consumer masks were 20 million. By May 3, that figure will drop to 26 million, half of which is made in France, and then to 31 million after containment. It will continue to grow thereafter, according to data from the Ministry of Economy. For its part, Afnor has posted diagrams on its site so that individuals can also make them.

→ READ. How school heads prepare for the post-containment return

But it is difficult at this stage to know if that will be enough. Some masks are washable 20 times, others twice, and the number deemed necessary per week differs according to professional activities and whether one takes public transport or not. On average, a mask can only be worn for 4 hours.

Mobilization in textiles

The textile industry has shown exceptional mobilizatione ”, underlines Guillaume de Seynes, the president of the Strategic Committee of the fashion & luxury sector. In total, 240 companies in the sector began to manufacture masks in a few weeks, with daily production which already reaches 2.5 million masks and could still rise to 3 million.

For its part, the army’s test laboratory approved 390 different prototypes, proof of great diversity. ” We can imagine that in the future, the mask will also become a fashion accessory “Says Marc Pradal, president of the French Union of Fashion and Apparel Industries (UFIMH), who sees welcome diversification in textiles and the opportunity to develop national production.

“It makes no sense to bring in millions of disposable masks from Asia that will serve 4 hours before being cremated. From an economic and ecological point of view, it is better to make reusable masks here ”, he adds. The government should make recommendations in terms of prices in the coming days, in order to prevent possible abuses.

.